SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2021, Saturday |

Le candidat de Raissi au poste de ministre du renseignement est le responsable de la sécurité au sein du bureau de Khamenei

Le Parlement iranien a connu un état de chaos et de controverse lors du vote de confiance sur les ministres proposés par Ebrahim Raissi, dimanche matin. Certains ministres ont déclaré que le ministre du renseignement proposé avait été renvoyé du gouvernement de Mohammad Khatami et de Mahmoud Ahmadinejad, et qu’il était le responsable de la sécurité du bureau de Khamenei.

Hossein Jalali, député de Rafsanjan au Parlement et ancien chef du bureau de Muhammad Taghi Mesbah Yazdi, s’est opposé au nom du ministre du renseignement proposé dans le gouvernement de Raissi, critiquant sa performance lors des événements de 2009.

M. Jalali a déclaré qu’Ismail Khatib avait occupé le poste de directeur général du renseignement à Qom depuis 1991, pendant 12 ans. Khatib a été accusé de ne pas avoir pris au sérieux les partisans du Mouvement vert en 2009 et d’avoir « abandonné ou omis d’agir ».

Jalali a également déclaré que les « courants traditionnels et laïques » au sein de Qom sont liés aux pays occidentaux, notamment à la Grande-Bretagne, mais que Khatib n’a pas abordé cette question pendant son mandat de directeur général des renseignements à Qom.

Les gens qui sont près du guide iranien qualifient les partisans de l’ayatollah Sadiq Shirazi, un religieux de Qom, de « subordonnés à la Grande-Bretagne ».

A la fin de son discours, Jalali a ajouté : « Qom est en danger et vous devez l’aider, étant donné la position importante du ministère du Khatib, peut-il gérer ce ministère avec ce dossier ? En fonction de ces dossiers, pourra-t-il faire face aux éléments de sédition, si cela se produit ?

Mojtaba Dhul-Nur, un représentant de Qom et l’ancien commandant de la brigade « Imam Sadiq » des Gardiens de la Révolution à Qom, qui était chargé de traiter avec les religieux qui critiquaient l’Ayatollah Khamenei, a défendu Khatib.

Il a déclaré que Mohammad Khatami avait ordonné au ministre du renseignement, Ali Younesi, de licencier Khatib, le directeur général du renseignement à Qom, ainsi que le directeur général du renseignement à Ispahan. Dhul-Nur a annoncé que sous l’ère d’Ahmadinejad, Khatib a été démis de ses fonctions de directeur général, puis est devenu responsable de la sécurité au bureau du Guide suprême Khamenei.

Le ministre du Renseignement proposé, Ismail Khatib, n’a pas répondu aux déclarations des députés de l’opposition, et a seulement souhaité qu’il prenne « des mesures plus sérieuses, sensibles, spécialisées et avancées dans la mise en œuvre des tâches de sécurité du régime. »

Il convient de noter qu’au premier jour de l’examen des portefeuilles ministériels d’Ebrahim Raissi, un certain nombre de députés ont protesté contre l’absence de femmes et de sunnites dans la liste des ministres, ainsi que contre les plans « superficiels » du ministre de l’Éducation proposé et son manque d’expérience.