SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

Le chef du Comité militaire de l’Union européenne: Nous sommes préoccupés par la situation au Liban

Le chef du Comité militaire de l’Union européenne, le général Claudio Graziano, a expliqué que dans des circonstances telles que celle du Liban, la situation de l’armée libanaise peut être considérée « à certains égards excellente ».

Dans une interview accordée à An-Nahar Al-Arabi, il a souligné que « malgré la crise économique, le manque de salaires, et les problèmes d’approvisionnement et même de nourriture, les soldats ont toujours le moral et la volonté d’être solidaires du pays et le peuple. »

D’autre part, Graziano a souligné la nécessité de former un gouvernement pour résoudre la crise économique.

Il a souligné qu’il travaillait dur pour maintenir l’armée à un niveau d’efficacité et soutenir indirectement le processus politique.

Concernant son évaluation de la situation de l’armée libanaise après ses rencontres, il a déclaré: « Les militaires ont toujours le moral et la volonté de faire preuve de solidarité avec le pays et le peuple. Ils effectuent des opérations quotidiennes importantes.

Pointant du doigt « une certaine aide qui vient de certains pays ».

Il a souligné que Bruxelles « a besoin d’un soutien méthodologique ».

Dans un contexte connexe, Graziano a estimé qu' »il y a une possibilité de reprise si le Liban prend les mesures exigées par l’Union européenne pour mettre en œuvre des réformes ».

Il a explicitement évoqué le non-paiement de ses dettes par le Liban. « Ensuite, l’économie pourra repartir », a-t-il ajouté.

En outre, Graziano a blâmé le peuple libanais d’avoir empêché un tel sort, déclarant: « La communauté internationale a la responsabilité de ne pas laisser le Liban seul.  »

Et à propos de l’autorisation du président américain Joe Biden et du secrétaire d’État Anthony Blinken de consacrer jusqu’à 47 millions de dollars pour aider les Forces armées libanaises, et s’il existe une initiative européenne similaire à cet égard, il a rappelé que l’Union européenne a fourni environ 30 millions d’euros dans le passé au Liban.

Il y a un soutien, venant de pays comme l’Allemagne, l’Italie, la France, l’Espagne, le Canada et la Grande-Bretagne.

Il a également mentionné que sa visite vise à explorer les besoins de l’armée libanaise et à écouter les priorités requises.

Dans un autre microscope, Graziano a confirmé que « l’Union européenne est préoccupée par la situation au Liban ».

Il a ajouté: « Je suis ici pour voir de près la situation, et il n’est pas dans l’intérêt de Bruxelles que le Liban devienne un Etat défaillant ».

En revanche, le général italien qui a été le commandant de la « FINUL » entre 2007 et 2010 minimise les craintes d’une éventuelle guerre avec Israël.

« Je n’ai jamais sous-estimé le danger de cette possibilité », dit-il.

Mais la zone frontalière est actuellement la plus calme du Liban et peut-être de la région.

Je pense qu’il est dans l’intérêt de toutes les parties d’éviter l’escalade.

La stabilité dans la région nécessite un soutien fort à la FINUL. Nous appelons toutes les parties à faire preuve de retenue et à respecter la résolution 1701. »