SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Le commandant du Commandement central américain : L’Iran est bien conscient de notre limite maximale

Les récentes attaques de la milice des Houthis contre les EAU et l’Arabie Saoudite ont mis en garde contre le danger d’actes terroristes de la milice iranienne dans la région.

Les déclarations du commandant du Commandement central américain, le général Frank McKenzie, mettant en garde l’Iran et ses milices dans la région ont coïncidé avec les mesures prises par le Congrès pour inscrire la milice des Houthis sur la liste du terrorisme, ce qui a attiré l’attention sur ce qui se cache derrière le timing.

Selon les sources de Sky News Arabia, Washington vise à augmenter le degré de prudence envers l’Iran, et à isoler les milices, surtout après que les Houthis aient augmenté la menace pour la navigation maritime, en conjonction avec l’activité sur le terrain des forces américaines, qui s’est manifestée par le raid américain qui a tué le chef de l’organisation terroriste ISIS en Syrie, Abu Ibrahim Al-Hashemi Al-Qurashi.

McKenzie a déclaré lors de son interview au Middle East Institute que le régime iranien, qui s’appuie sur ses milices pour mener des « opérations sales », envoie de nombreuses menaces, soulignant les faibles capacités du commandant de la « Force Al-Qods » des Gardiens de la révolution iranienne, Ismail Qaani, par rapport à l’ancien commandant Qassem Soleimani, aux commandes des milices.

Il a poursuivi : « L’Iran est bien conscient de notre limite maximale en Irak, mais les preuves montrent que les groupes armés essaient sérieusement de tuer les forces américaines avec ces attaques », soulignant que « le Commandement central est prêt à toute éventualité. »
McKenzie a attribué la poursuite de la guerre au Yémen depuis plus de 7 ans au soutien de l’Iran aux Houthis.

En ce qui concerne les attaques des Houthis contre les EAU, il a déclaré : « Les Houthis, par rapport à l’Iran, ont une volonté moindre de s’engager dans une guerre limitée, mais les Houthis emploient de manière très imprudente et inconsidérée les capacités d’armement qu’ils obtiennent de l’Iran, sans aucune considération pour les victimes civiles. »

Défi sécuritaire

Parlant à « Sky News Arabia », David de Roche, expert au Centre d’études du Proche-Orient, explique que les déclarations de McKenzie reflètent le défi sécuritaire dans la région, malgré la défaite d’ISIS en tant qu’organisation, mais elle est active avec ses éléments, tandis que l’Iran cherche à fournir à ses partenaires au Yémen des missiles balistiques et des drones pour attaquer les États du Golfe.

De Roche a indiqué que les alliés de l’Iran ont profité de la présence d’ISIS pour former des milices, dont la « Mobilisation populaire » en Irak, sous le prétexte de combattre ISIS, alors que sa véritable fonction est d’être l’arme de l’Iran, de mener des attaques contre les bases américaines à Bagdad et Erbil, et de terroriser les opposants irakiens de l’Iran.

Liste des terroristes

Kamal Al-Zogoul, ancien observateur international auprès des Nations unies, a approuvé et a déclaré à « Sky News Arabia » que la milice des Houthis est devenue une menace pour les voies maritimes ; C’est pourquoi le sénateur républicain Ted Cruz a présenté au Sénat un projet de résolution visant à inscrire les Houthis sur la liste des terroristes, après que Joe Biden les ait retirés de cette liste en 2021.

Par conséquent, les déclarations de McKenzie coïncident avec la décision du Congrès, selon Al-Zogoul, d’ordonner à l’administration américaine d’imposer davantage de sanctions aux Houthis, et coïncident avec la demande des EAU de placer les Houthis sur la liste des terroristes, et ceci est un avertissement aux Gardiens de la Révolution de cesser d’attaquer les pays de la région et les forces de la coalition.

Cependant, Al-Zogoul estime que le moment d’inscrire les Houthis sur la liste des terroristes n’est pas adéquat avant la conclusion des négociations de Vienne avec l’Iran sur le programme nucléaire de ce dernier. L’alternative maintenant est d’isoler les Houthis avec le soutien des EAU avec des armes telles que des avions F-35 et des missiles de défense aérienne pour neutraliser les missiles des Houthis.

Le deuxième point, selon Al-Zogoul, est la sécurisation des patrouilles navales dans le Golfe Persique et à Bab al-Mandab pour empêcher la contrebande d’armes pour les Houthis, et le double exercice qui a débuté à Bahreïn le 31 janvier, et qui comprend l’exercice maritime international et l’exercice CUTLASS EXPRESS, qui s’étendra de l’Afrique de l’Est à l’Océan Indien.

Quant aux négociations de Vienne, Al-Zogoul déclare : « Nous pourrions assister à l’imposition de sanctions aux Houthis et à l’inscription de l’organisation sur la liste des organisations terroristes en fonction de son acceptation ou de son rejet des conditions de sécurité et des initiatives de paix de la région. »