SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 October 2021, Thursday |

Le Conseil de sécurité prolonge le mécanisme d’acheminement de l’aide humanitaire vers la Syrie via la Turquie

Vendredi, le Conseil de sécurité des Nations unies a voté la prolongation d’un an du mécanisme d’acheminement de l’aide à la Syrie via la Turquie, dans le but d’alléger la situation humanitaire dans ce pays en guerre depuis plus de dix ans.

L’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Linda Thomas Greenfield, a annoncé que Washington et Moscou s’étaient mis d’accord pour apporter de l’aide au peuple syrien.

De son côté, le représentant de la Russie auprès des Nations unies, Navili Nebenzia, a confirmé qu’il y aura une surveillance de l’entrée de l’aide humanitaire en Syrie.

Parallèlement, la Chine a demandé la levée des « sanctions unilatérales » imposées par les Etats membres du Conseil de sécurité à la Syrie, compte tenu de leur impact sur la situation humanitaire.

La Chine, par l’intermédiaire de son représentant aux Nations Unies, a fait référence à la loi américaine « César », et l’a considérée comme responsable de l’aggravation de la situation humanitaire en Syrie.

L’Irlande et la Norvège ont proposé l’ouverture de deux nouveaux postes frontières, afin de faciliter l’acheminement de l’aide urgente aux Syriens, mais cette proposition n’a pas été acceptée.

Le mécanisme d’acheminement de l’aide à la Syrie a été prolongé, alors qu’il aurait officiellement pris fin samedi, par crainte que la situation humanitaire ne s’aggrave si la prolongation n’est pas effectuée par les Nations unies.