SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Le directeur de l’Observatoire syrien a déclaré à « Sawt Beirut International »: L’objectif du Hezbollah est de stabiliser le projet d’expansion iranien

Gladis Saab

L’avion de l’ennemi israélien n’a cessé de viser les sites militaires du régime syrien et des milices iraniennes.

L’un des raids a coïncidé avec l’arrivée du ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis dans la capitale, Damas. Ces développements ont été rapportés par le chef de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, Rami Abdel Rahman, à « Sawt Beirut International ».

Il a expliqué au début les raids israéliens, dont certains ont été annoncés, mais ils étaient entourés d’un grand secret en termes de dégâts matériels et humains, notant qu’il y a quelques semaines, l’avion israélien a détruit un entrepôt appartenant au Hezbollah à Qalamoun, sur la frontière libano-syrienne, et environ 5 membres de nationalités différentes ont été tués.

Malheureusement, ils n’ont pas été reconnus comme appartenant à la secte chiite, que le parti a poussé et exploité à l’intérieur de la Syrie, alors que le coup douloureux était dans la campagne de Palmyre, où un certain nombre de membres du régime travaillant sous la bannière du « Hezbollah » et des gardiens de la révolution ont été tués, ce qui a appelé à une réponse de ce qu’on appelle la « Division alliée de la Syrie » fondée par Qassem Soleimani dans la région d’Al-Tanf.

Il a souligné que les frappes sont désormais autorisées et qu’elles se produisent même en plein jour, et c’est ce qui s’est passé lorsqu’une cargaison du « Hezbollah » a été ciblée dans la campagne du nord-ouest de Damas avec des missiles.

Soulignant que la mention du « Hezbollah » coïncide avec l’expression « l’aile iranienne » car il s’agit d’une extension du projet iranien.

Abdul Rahman a indiqué que la zone d’Al-Bukamal dans l’est de la Syrie est supervisée par un « pèlerin » du « Hezbollah ».

Il dirige les groupes qui comprennent des Irakiens, des Syriens, des Afghans et du Pakistan, ce qui confirme que le rôle du parti n’est pas, comme cela avait été annoncé précédemment, de soutenir le régime face au terrorisme, mais il est apparu au public qu’il était juste des groupes combattant sous des rubriques sectaires et cela est apparu depuis 2013 lorsqu’ils se sont vantés d’avoir tué des opposants au régime en utilisant des expressions sectaires, notant que leur nombre est d’environ 60000.

Abdel Rahman souligne que le Hezbollah ne veut pas répondre aux frappes israéliennes, même si elles sont lancées contre ses entrepôts et ses cargaisons en provenance du territoire libanais, et qu’il dispose de missiles sol-air iraniens pouvant toucher des avions incursionnels.

Mais il s’abstient de répondre car il sait que la riposte se fera en territoire libanais, et il peut aussi, se considérant comme une « résistance contre l’ennemi israélien », riposter depuis le Golan occupé, mais il ne veut pas franchir les lignes rouges fixées. , même si cela lui coûte de grosses pertes humaines.

Quant à ce qui est dit sur le conflit des ailes à l’intérieur de la Syrie, Abdul Rahman a confirmé qu’il y a une aile iranienne dans le sud de la Syrie dirigée par Maher al-Assad, qui commande la quatrième division, qui comprend des combattants du « Hezbollah » dans l’uniforme de la division et l’aile russe représentée par le renseignement militaire dirigé par le général de division Kifah Melhem, et ils ne veulent pas. Ils veulent la poursuite de l’influence iranienne à l’intérieur de la Syrie.

Les Iraniens et leurs milices en Syrie achètent également des terres, notamment aux abords de l’aéroport de Damas et à la frontière libano-syrienne, pour réaliser leur rêve de s’étendre de Téhéran à Beyrouth et d’imposer le chiisme.