SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 September 2021, Tuesday |

Le gouvernement de Raisi évite de revenir aux négociations de Vienne et fait allusion à la non-participation

Signe que le nouveau gouvernement iranien n’est pas prêt à reprendre les négociations de Vienne, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian a déclaré que la formation du nouveau gouvernement en Iran prendrait entre deux ou trois mois.

Abdullahian a également indiqué que la décision de négocier et ce qui s’y rapporte ne peut être prise que par un gouvernement définitif et stable dans le pays.

Le chef de la commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du parlement iranien, Vahid Jalalzadeh, a déclaré plus tôt dans une interview à l’agence de presse Tasnim que « le nouveau cycle de négociations nucléaires avec le groupe 4+1 reprendra avec un nouveau programme et une nouvelle approche.  »

Jalalzadeh a noté que « l’Iran a essayé différentes méthodes concernant les négociations nucléaires ».

Notant qu’« au stade actuel, avant de déterminer le type et l’équipe de négociation, nous devons établir la crédibilité des négociations et l’engagement des pays occidentaux envers les engagements stipulés dans l’accord nucléaire de 2015 ».

Le parlement iranien a conclu que « la prochaine série de pourparlers sera suivie par le ministère des Affaires étrangères ou le Conseil suprême de sécurité nationale d’Iran ».

Il a souligné que « les négociations menées par le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araqchi, à l’époque du président Hassan Rouhani, n’ont abouti à aucun résultat particulier pour l’Iran ».

En avril dernier, le gouvernement de l’ancien président iranien Hassan Rouhani a entamé des négociations nucléaires avec les trois pays européens (France, Grande-Bretagne et Allemagne), en plus de la Russie et de la Chine, tandis que les États-Unis ont participé à ces négociations à Vienne de manière indirecte.

Les négociations se sont terminées, le 20 juin, après 6 rounds de négociations, mais elles n’ont donné aucun résultat, alors que l’Iran insiste pour lever toutes les sanctions américaines avant de permettre à Washington de s’asseoir directement à la table des négociations, après le retrait de l’administration de l’ancien président Donald Trump. de l’accord en mai 2018.

Il est à noter que le parlement iranien a voté le 25 août pour nommer certains ministres du gouvernement « Raisi », dirigé par Abdollahian, qui a confirmé plus tôt qu’il suivrait la politique de l’ancien commandant de la Force Qods, Qassem Soleimani, dans son travail au sein de la Ministère des Affaires étrangères.