SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 21 October 2021, Thursday |

Le gouvernement du Yémen appelle le Conseil de sécurité à condamner les crimes commises par la milice houthie

Le gouvernement yéménite a déclaré que le mépris de la communauté internationale pour les violations commises par la milice houthie créait un sentiment d’impunité et encourageait les houthis à poursuivre leurs crimes odieux contre le peuple et les infrastructures yéménites.

Le gouvernement yéménite a déclaré que l’attaque de la milice houthie contre le port de Moka, dans la province centrale de Taïz, a eu lieu à un moment où une délégation gouvernementale se rendait dans le port pour surveiller ses opérations.

Une lettre soumise par le gouvernement yéménite au Conseil de sécurité de l’ONU a déclaré qu’il considérait l’attaque comme un « crime odieux commis par la milice houthie en attaquant le port de Moka ».

Dans la lettre remise par le représentant permanent du Yémen auprès des Nations Unies, Abdullah Al-Saadi, le gouvernement a expliqué au Conseil de sécurité que « l’attaque des Houthis a été menée peu de temps après que les autorités locales ont achevé la réhabilitation des installations portuaires, en vue de la reprise de recevoir des marchandises commerciales et une aide humanitaire pour alléger les souffrances des Yéménites. »  »

La lettre ajoutait: « Ce n’est qu’un autre exemple du ciblage continu des civils et des infrastructures civiles par la milice houthie en violation flagrante du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme ».

Il a souligné que l’attaque « a privé des dizaines de milliers de familles d’une aide vitale et empêché l’aide et les marchandises commerciales d’atteindre des millions de Yéménites et de familles dans le besoin via le port ».

La lettre continuait: « L’attaque a détruit au moins 4 bâtiments, 3 entrepôts, une tour de guet, 23 véhicules et deux bateaux des garde-côtes, deux réservoirs d’eau d’une capacité de 10 000 litres, 70 bouteilles d’oxygène et 12 000 paniers de nourriture. »

La lettre accusait les Houthis d' »exacerber les souffrances humaines et de pousser le Yémen vers une famine imminente ».

Il a souligné que « le mépris de la communauté internationale pour de telles violations commises par les milices houthies a créé un sentiment d’impunité et a encouragé les houthis à poursuivre leurs crimes odieux contre le peuple et les infrastructures yéménites ».

La lettre appelait le Conseil de sécurité et la communauté internationale à condamner les crimes de la milice houthie et à demander des comptes aux auteurs.