SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Le Kirghizistan accuse le Tadjikistan de reprendre les bombardements

Le Kirghizistan a accusé le Tadjikistan d’avoir repris les bombardements tard dans la soirée (vendredi 16/09/2022) heure locale, malgré l’accord de cessez-le-feu conclu par les présidents des deux pays, alors que des milliers de personnes ont été contraintes de fuir sous le conflit sanglant à la frontière.

Le bureau présidentiel au Kirghizistan a indiqué que le président Sadir Jabarov et le président du Tadjikistan Emomali Rahmon se sont mis d’accord lors d’une réunion en Ouzbékistan vendredi sur un cessez-le-feu et le retrait des troupes après les affrontements sanglants entre les deux alliés de Moscou.

Les deux anciennes républiques soviétiques ont échangé des accusations d’avoir commencé des combats dans une zone contestée, tuant au moins trois personnes et en blessant des dizaines.

Les gardes-frontières kirghizes ont déclaré dans un communiqué que le cessez-le-feu entrerait en vigueur à 16h00 heure locale (10h00 GMT). Les autorités tadjikes ont confirmé que les deux pays étaient parvenus à un accord de cessez-le-feu.

Cependant, le Kirghizistan a déclaré que deux villages de son côté de la frontière avaient de nouveau été bombardés après l’entrée en vigueur de l’accord.

Plus tôt vendredi, Moscou a exhorté les deux pays à mettre fin aux affrontements.

Le Kirghizistan a déclaré que les forces tadjikes, utilisant des chars, des véhicules blindés de transport de troupes et des mortiers, sont entrées dans au moins un village kirghize et ont bombardé l’aéroport de la ville de Batkin et les zones voisines.

RIA a cité la Croix-Rouge disant qu’environ 18 500 personnes avaient déjà quitté la région.

À son tour, le Tadjikistan a accusé les forces kirghizes d’avoir bombardé l’un de ses avant-postes et sept villages, à l’aide d' »armes lourdes », dans la même région, célèbre pour ses différences politiques et ethniques et qui est devenue le théâtre d’hostilités similaires qui ont presque conduit à la déclenchement de la guerre de l’an dernier.

Les autorités de la ville d’Asfrah au Tadjikistan ont déclaré qu’un civil avait été tué et trois blessés. Deux gardes-frontières ont été tués au Tadjikistan en début de semaine.

Le Kirghizistan a annoncé aujourd’hui, vendredi, le meurtre d’une personne et 55 blessés dans la province méridionale de Batken, qui borde la région de Sughd au nord du Tadjikistan et entoure Vorokh, une enclave tadjike au Kirghizistan qui est un point clé des récents conflits.

Les présidents Jabarov et Rahman ont participé vendredi à un sommet régional sur la sécurité et la coopération en Ouzbékistan. Aucun d’eux n’a mentionné les affrontements dans son discours au sommet, auquel ont participé le président russe Vladimir Poutine et d’autres dirigeants.

Les affrontements transfrontaliers sont fréquents, mais les affrontements s’atténuent généralement rapidement.

    la source :
  • Reuters