SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

Le Kremlin dénonce les déclarations de Biden et les qualifie de « déstabilisantes »

Le Kremlin a condamné jeudi les déclarations du président américain Joe Biden sur l’Ukraine, dans lesquelles il a promis à Moscou une réponse « sévère » si elle attaquait militairement l’Ukraine. Le Kremlin considère les déclarations de Biden comme « déstabilisantes ».

« Les déclarations se répètent tout le temps et ne contribuent pas à apaiser la tension actuelle, mais peuvent même contribuer à déstabiliser la situation », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Aussi, Peskov a ajouté que ces déclarations « pourraient susciter des espoirs complètement faux chez certaines personnes ukrainiennes, qui pourraient tenter de résoudre le problème du sud-est de l’Ukraine par la force. » Kiev est confronté depuis 2014 à un conflit dans cette région avec des séparatistes pro-russes.

Et le président américain a averti que la Russie pourrait payer un lourd tribut si elle envahissait l’Ukraine, notamment en subissant de lourdes pertes et en nuisant à son économie.

« Ce sera catastrophique pour la Russie », a déclaré Biden lors d’une conférence de presse marquant le premier anniversaire de sa présidence, ajoutant que les Russes pourraient gagner à la fin, mais que leurs pertes seraient « lourdes ».

« Ma préoccupation est que cela pourrait devenir incontrôlable, très facilement, en raison des frontières de l’Ukraine et de ce que la Russie pourrait faire ou ne pas faire », a-t-il ajouté.

De plus, il a noté que la tenue d’un sommet avec le président russe Vladimir Poutine « reste une possibilité. »

« J’espère que Poutine comprend qu’il n’est pas en bonne position pour prendre le contrôle du monde », a-t-il ajouté.

Ces derniers mois, la Russie a déployé des milliers de soldats à la frontière avec l’Ukraine, ce qui a fait craindre qu’elle n’envahisse son voisin. La Russie nie avoir la moindre intention d’envahir l’Ukraine.

Moscou insiste sur la nécessité pour elle d’obtenir des garanties de sécurité écrites, notamment la promesse que Kiev ne rejoindra pas l’OTAN.

Après une série de discussions diplomatiques en Europe la semaine dernière, Moscou et Washington tenteront à nouveau vendredi d’éviter un nouveau conflit en Ukraine lors d’une rencontre entre les ministres des affaires étrangères des deux pays, Sergueï Lavrov et Antony Blinken, à Genève.