SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Le ministère éthiopien des Affaires étrangères : Nous ne voulons pas, par le biais du barrage de la Renaissance, nuire à l’Égypte ou au Soudan

Les répercussions du barrage de la Renaissance se poursuivent, alors que le différend s’est intensifié entre l’Éthiopie, propriétaire du barrage, et le Soudan et l’Égypte, qui ont mis en garde contre le danger du barrage en raison de ses répercussions sur leurs parts des eaux du Nil pendant la période où le barrage serait rempli.

Dans ce contexte, le ministère éthiopien des affaires étrangères a annoncé que l’Éthiopie a achevé 80 % du barrage de la Renaissance et que les travaux seront bientôt terminés, considérant que la position du Soudan sur le barrage sert une tierce partie, et non les Soudanais.

Dans une interview accordée à Al-Arabiya, le ministère des affaires étrangères a confirmé que l’objectif de l’Éthiopie concernant le barrage n’est pas de nuire à l’Égypte ou au Soudan.

Dans un contexte connexe, un porte-parole du ministère éthiopien des affaires étrangères a déclaré : « Nous parviendrons à une solution avec le Soudan dès qu’il y aura un gouvernement stable dans ce pays, niant que les forces éthiopiennes aient pénétré en territoire soudanais. »

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi avait confirmé avoir discuté de la crise du barrage de la Renaissance avec le président djiboutien Ismail Omar Guelleh lors d’entretiens au Caire.

Al-Sisi a ajouté, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue djiboutien, Ismail Omar Guelleh : « Les discussions ont porté sur l’évolution du dossier du barrage de la Renaissance, et ont mis l’accent sur la volonté politique de l’Egypte, visant à parvenir à un accord juridique contraignant sur le remplissage et l’exploitation du barrage de la Renaissance dans un délai approprié. D’une manière qui renforce la sécurité et la stabilité régionales, sur la base des règles de droit et des décisions du Conseil de sécurité. »