SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Le ministre égyptien des Finances s’attend à ce que le déficit budgétaire global diminue

Le ministre égyptien des Finances, Mohamed Maait, a déclaré aujourd’hui, le 28 août 2022, qu’il s’attendait à ce que le déficit budgétaire total diminue à 5,6% au cours de l’exercice en cours 2022-2023, contre 6,1% au cours de l’exercice précédent.

Le ministre a ajouté lors d’une conférence de presse que le déficit budgétaire devrait diminuer à cinq pour cent au cours du prochain exercice 2023-2024.

Il a déclaré que le déficit budgétaire avait enregistré 6,1% du PIB au cours du dernier exercice, qui s’est terminé le 30 juin 2022, avec un premier excédent de 100 milliards de livres égyptiennes d’affilée de 100 milliards de livres égyptiennes et de 1,3% du PIB.

« Le ratio de la dette des organes budgétaires de l’Etat au PIB a atteint 87,2% au cours du dernier exercice, contre 84,6% au cours de l’exercice 2020-2021 », a ajouté le ministre.

Maait a prédit que le ratio d’endettement tomberait à 82,5% au cours de l’exercice en cours, notant que le ratio se dirigeait vers une baisse au cours du dernier exercice par rapport à l’exercice précédent, mais a été affecté par la baisse du taux de change de la livre cette année, qui l’a augmenté d’environ quatre pour cent.

Maait a déclaré en juin que le gouvernement ne dépendrait pas de l’argent chaud pour financer son futur budget, ajoutant qu’environ 15 milliards de dollars avaient quitté l’Égypte pendant la crise des marchés émergents en 2018 et que près de 20 milliards de dollars avaient quitté le pays lorsque la pandémie de COVID-19 a éclaté en 2020.

Il a déclaré à Reuters que la dépendance serait sur le développement des activités économiques, en particulier l’agriculture, l’industrie et l’exportation, mais si l’argent chaud venait « bienvenue ».

Il a ajouté que les négociations avec le Fonds monétaire international pour un programme de financement étaient toujours en cours, mais a refusé de donner des détails sur le montant du financement en cours de négociation et a nié l’exigence du FMI de réduire les subventions au pain pour approuver le programme.

    la source :
  • Reuters