SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Le ministre iranien de l’Intérieur accuse les « ennemis » d’être responsables des manifestations contre le manque d’eau

Le ministre iranien de l’Intérieur, Ahmad Vahidi, a fait référence à ce qu’il a décrit comme des « ennemis » qui sont derrière les manifestations pour l’eau dans le pays, qui durent depuis plusieurs jours.

Il a également estimé qu’on ne peut pas leur permettre d’exploiter les problèmes d’eau du pays pour arriver à leurs propres fins, alors que les régions sont le théâtre de protestations continues pour demander une solution à la crise de la pénurie d’eau.

Il a ajouté, dans des déclarations publiées par l’agence de presse Fars, aujourd’hui jeudi, que « les tentatives des ennemis pour provoquer la division ne marchera pas ».

Cette déclaration a été faite après que des centaines de manifestants se soient rassemblés à Shahr-e Kord, la capitale de la province de Chaharmahal et Bakhtiari dans le sud-ouest de l’Iran, hier mercredi, pour le quatrième jour consécutif afin de protester contre la crise de l’eau.

Campagne sur les tentes des agriculteurs

Quant à la ville d’Ispahan, qui a connu il y a quelques jours des manifestations dénonçant l’assèchement de la rivière Zayandeh Rud, et le transfert de l’eau de la rivière aux industries militaires et commerciales du gouvernement, la police a lancé une campagne contre les tentes des agriculteurs protestataires, à trois heures du matin.

Les forces de sécurité ont attaqué les tentes de protestation et y ont mis le feu, et ont empêché les agriculteurs de poursuivre leurs protestations.

Il convient de noter que les agriculteurs de la province d’Ispahan protestent depuis des années contre le détournement de l’eau de la rivière Zayandeh-Rud pour alimenter d’autres régions, ce qui a entraîné des souffrances dues à la sécheresse dans leurs exploitations et menacé leurs moyens de subsistance.

En juillet, des manifestations ont éclaté en raison de pénuries d’eau dans le Khuzestan, qui est également la province pétrolière du sud-ouest.

Les autorités iraniennes attribuent le manque d’eau à la pire sécheresse qu’ait connue le pays depuis 50 ans, tandis que les détracteurs affirment que la raison en est une mauvaise gestion, selon l’agence Reuters.

Depuis la semaine dernière, ces manifestations ont été renouvelées, puisque des milliers de personnes sont descendues dans la rue, pour élever leur voix contre la soif et l’assèchement de leurs cultures !

    la source :
  • alarabiya