SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Le ministre iranien des Affaires étrangères: Nous sommes plus proches que jamais de la relance de l’accord sur le nucléaire

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a annoncé mercredi que la République iranienne et les puissances mondiales étaient « plus proches que jamais » pour relancer les dépenses nucléaires de 2015.

Après 11 mois de négociations, l’Iran et les États-Unis disent maintenant que la balle est dans le camp adverse pour relancer l’accord, qui freinerait le programme nucléaire de Téhéran en échange de la levée des sanctions strictes sur l’économie iranienne.

Le département d’Etat américain a déclaré mardi qu’un retour à l’accord n’était ni certain ni imminent.

Les pourparlers étaient sur le point d’aboutir à un accord jusqu’à ce que la Russie exige des États-Unis des garanties que les sanctions imposées à Moscou pour son invasion de l’Ukraine ne nuiraient pas à son commerce avec l’Iran.

Lors d’une conférence de presse à Damas, aux côtés de son homologue syrien, Faisal Miqdad, il a déclaré que Téhéran se félicitait des pourparlers entre la Syrie et d’autres pays arabes.

Entre-temps, le ministre iranien des Affaires étrangères est arrivé dans la capitale syrienne, mercredi, lorsqu’il a indiqué que les priorités de l’Iran étaient de renforcer ses relations stratégiques à la lumière de l’évolution de la scène mondiale, après l’invasion russe de l’Ukraine.

Abdullahian a déclaré aux journalistes, à son arrivée, que son pays soutenait la Syrie et que les relations avec Damas traversaient leurs meilleures étapes, déclarant:« Nous parlons de relations stratégiques, et aujourd’hui, loin de toutes les dimensions de la relation, la question des relations économiques est une priorité ».

De son côté, le ministre syrien des Affaires étrangères a souligné que la crise ukrainienne et ses répercussions seront l’occasion de se concentrer sur les pourparlers entre les deux alliés du Moyen-Orient, qui sont sous sanctions occidentales.

Dans ce contexte, Miqdad a indiqué que les deux parties tiennent des pourparlers à la lumière des développements majeurs après les opérations russes en Ukraine, déclarant:« Nous discuterons de nos positions face à ces développements ».

Après 11 mois de négociations, l’Iran et les États-Unis disent maintenant que la balle est dans le camp adverse pour relancer l’accord, qui freinerait le programme nucléaire de Téhéran en échange de la levée des sanctions strictes sur l’économie iranienne.

Le département d’Etat américain a déclaré mardi qu’un retour à l’accord n’était ni certain ni imminent.

Les pourparlers étaient sur le point d’aboutir à un accord jusqu’à ce que la Russie exige des États-Unis des garanties que les sanctions imposées à Moscou pour son invasion de l’Ukraine ne nuiraient pas à son commerce avec l’Iran.

    la source :
  • Reuters