SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Le monde a reculé de 5 ans à cause de Corona

De nombreuses études ont confirmé que la vie après le virus Corona n’est plus la même qu’avant, car le virus a touché tous les pays du monde.

Les Nations Unies ont confirmé dans un rapport, publié jeudi, que le monde a reculé de cinq ans dans le domaine du développement, de l’éducation et du niveau de vie, en raison de l’épidémie de Corona.

Dans son rapport, l’ONU « a exprimé sa crainte que la guerre en Ukraine va aggraver la situation ».

Pour la première fois depuis son adoption il y a trente ans, l’Indice de développement humain, qui prend en compte l’espérance de vie, l’éducation et le niveau de vie, a baissé pendant deux années consécutives, en 2020 et 2021, et est revenu à ce qu’il était en 2016 , a déclaré le Programme des Nations Unies pour le développement dans son rapport.

Il a expliqué que ce « déclin massif » comprend plus de quatre-vingt-dix pour cent des pays du monde.

« Cela veut dire qu’on meurt plus tôt, qu’on est moins éduqué et que nos revenus diminuent », a déclaré Achim Steiner (Président du Programme des Nations Unies pour le développement) dans un entretien à l’AFP.

Il a souligné que « par ces trois critères, il est possible de se faire une idée de la raison pour laquelle les gens commencent à se sentir désespérés, frustrés et anxieux face à l’avenir ».

Alors que l’indice n’a cessé d’augmenter pendant des décennies, en 2021, il est revenu au niveau qu’il avait en 2016, « effaçant » des années de développement.

La raison principale est la pandémie de Corona, ainsi que les catastrophes climatiques qui se multiplient et les crises qui s’accumulent.

« Nous avons déjà connu des catastrophes et il y a eu des conflits auparavant, mais la combinaison de ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui représente un revers majeur pour le développement humain », a souligné Steiner.

En juillet dernier, le conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé la création d’un fonds pour financer les investissements afin de renforcer les capacités de prévention, de préparation et de réponse aux épidémies, comme annoncé par la Société financière internationale.

L’accent devrait être mis sur les pays à revenu faible et intermédiaire, et l’objectif est de lancer ce fonds à l’automne, a déclaré la Banque mondiale dans un communiqué.

« Le coût humain, économique et social dévastateur du COVID-19 a révélé le besoin urgent d’une action coordonnée pour renforcer les systèmes de santé et mobiliser des ressources supplémentaires », a-t-elle ajouté.

Dans le communiqué, le président de la Banque mondiale a précisé que cette institution financière est « le plus gros bailleur de fonds de la prévention, de la préparation et de la riposte à l’épidémie à travers des opérations actuellement en cours dans plus d’une centaine de pays en développement pour renforcer leurs systèmes de santé ».