SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Le négociateur en chef de la Russie révèle les résultats des négociations d’Istanbul

Vladimir Medinsky, le négociateur en chef russe dans les négociations avec l’Ukraine, a révélé que Moscou a réalisé deux étapes vers le rapprochement avec l’Ukraine, notant qu’elles concernent les aspects politiques et militaires.

C’est ce qu’a déclaré Medinsky aux journalistes à l’issue du cycle de négociations qui s’est tenu aujourd’hui à Istanbul.

En ce qui concerne l’aspect politique, Medinsky a confirmé la possibilité d’organiser une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Vladimir Zelensky.

Quant à l’aspect militaire, il a été évoqué par l’autre membre de la délégation russe, Alexandre Fomin, vice-ministre de la Défense de la Fédération de Russie, qui a annoncé la décision de son ministère de réduire « considérablement » l’activité militaire sur les axes de Kiev et de Tchernihiv (nord de l’Ukraine) dans le but de renforcer la confiance mutuelle et de créer les conditions appropriées pour poursuivre les négociations et parvenir à un accord.

Medinsky a également révélé qu’il avait obtenu de la délégation ukrainienne un ensemble de propositions écrites au cours des négociations, dont les suivantes :

1. Kiev a soumis une proposition écrite selon laquelle l’Ukraine est un État neutre, exempt d’armes nucléaires, en dehors de toute alliance et sur une base permanente, sous des garanties juridiques internationales, et une liste d’États garants est présentée.

2. Les garanties de sécurité ne s’appliquent pas au territoire de la Crimée et du Donbass, c’est-à-dire que l’Ukraine abandonne la tentative de les restaurer par des moyens militaires.

Ici, Medinsky a indiqué que cette proposition reflète la position de Kiev et ne correspond pas à la position de Moscou.

3. L’Ukraine refuse de rejoindre des alliances militaires, de déployer des bases et des unités militaires étrangères et d’accueillir des exercices militaires sans le consentement des États garants, y compris la Russie.

4. La Russie n’est pas opposée à l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne.

5. L’Ukraine demande que la décision soit finalisée lors d’une rencontre entre les présidents des deux pays.

Medinsky a qualifié les propositions de l’Ukraine comme étant une « étape constructive vers un compromis », ajoutant que la Russie les étudierait.