SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 July 2022, Sunday |

Le négociateur ukrainien révèle quand il faut revenir à table

Les négociations pour parvenir à un accord pour mettre fin au conflit en Ukraine sont toujours au point mort entre Kyiv et Moscou, et les deux parties échangent des accusations d’entrave. Cependant, les signes d’une reprise de ces négociations ont commencé à se profiler à l’horizon.

L’Ukraine a l’intention de reprendre les pourparlers de paix avec la Russie d’ici la fin du mois d’août prochain, lorsque des opérations de contre-attaque seront menées, selon un négociateur ukrainien.

Le négociateur en chef de Kiev, David Arachamia, a déclaré dans une interview à la radio « Voice of America » ​​​​que le pays serait en meilleure position pour négocier.

Arachamia a exprimé sa conviction que l’Ukraine mènerait une opération avec des contre-attaques à différents endroits, sans donner plus de détails.

On rapporte qu’à la fin du mois de mars dernier, Kiev a proposé de tenir des pourparlers à Istanbul, entre autres, pour renoncer à l’adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), en échange de garanties de sécurité internationales.

Cependant, la Russie exige la démilitarisation de son voisin et l’abandon de territoires, y compris les régions orientales de Donetsk et Louhansk.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que son pays n’avait « rien contre » une éventuelle adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne.

Poutine a déclaré, lors de la session plénière du Forum économique de Saint-Pétersbourg : « Nous n’avons rien contre cela, c’est leur décision souveraine d’adhérer ou non à des unions économiques, c’est leur affaire, l’affaire du peuple ukrainien ».

La Russie, qui a lancé une opération militaire en Ukraine depuis le 24 février, a une vision très sombre des aspirations de Kiev à rejoindre l’OTAN, que Moscou considère comme une menace pour sa sécurité, mais « c’est à eux de décider de leur intégration économique », selon Poutine.

« L’Union européenne n’est pas une alliance militaire, contrairement à l’Otan », a-t-il ajouté.

Cependant, le président russe a estimé que « l’Ukraine deviendrait une semi-colonie » pour les pays occidentaux si elle rejoignait l’Union européenne, et a ajouté : « C’est mon avis ».

La Commission européenne avait recommandé que l’Ukraine et la Moldavie obtiennent le statut de candidat officiel à l’adhésion à l’UE.