SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Le nombre de détenus français en Iran est passé à sept

Dans des communiqués publiés (samedi 12/11/2022), le ministre français des Affaires étrangères a suggéré l’arrestation de deux citoyens français supplémentaires en Iran, portant à sept le nombre total de ressortissants du pays détenus dans ce pays.

La France a critiqué l’Iran le 6 octobre, l’accusant de « pratiques de dictature » et tenant ses citoyens en otage, après avoir diffusé un enregistrement vidéo dans lequel deux Français (un homme et une femme) ont avoué de l’espionnage, après des semaines de troubles que l’Iran reproche à des pays étrangers. .

« Nous sommes préoccupés par (l’arrestation) de deux autres citoyens », a déclaré la ministre française Catherine Colonna dans une interview au journal Le Parisien. Nous essayons de vérifier les informations contradictoires.

Le journal Le Figaro a rapporté vendredi que les deux citoyens avaient été arrêtés avant le début des manifestations antigouvernementales en septembre après la mort de Mahsa Amini, une jeune femme kurde.

Le département d’État n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires de Reuters.

Les relations entre la France et l’Iran se sont détériorées ces derniers mois avec le blocage des pourparlers visant à relancer l’accord sur le nucléaire, dont la France est l’une des parties. Il n’y a pas d’ambassadeur pour l’un ou l’autre pays dans l’autre pays.

Les protestations contre la mort d’Amini en garde à vue ont incité l’Union européenne à suivre l’exemple des États-Unis, du Canada et de la Grande-Bretagne en imposant des sanctions à l’Iran.

Deux diplomates ont déclaré à Reuters qu’un nouveau paquet de sanctions de l’UE en matière de droits de l’homme serait ratifié lundi lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères.

Ils ont ajouté que les sanctions viseront les personnes et les entités impliquées dans des violations des droits de l’homme et comprendront des gels d’avoirs et des interdictions de voyager.

L’un d’eux a déclaré que la France propose également des sanctions liées à la vente de drones et de leurs composants.

« Si son objectif (l’Iran) est de nous faire chanter, alors ce n’est pas la bonne façon de traiter avec la France », a déclaré Colonna.

    la source :
  • Reuters