SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Le nombre de victimes des manifestations en Iran a augmenté

Alors que les manifestations se poursuivent en Iran pour la neuvième semaine, l’organisation iranienne de défense des droits de l’homme « Hrana » a annoncé aujourd’hui, samedi, que le bilan des décès dus aux manifestations en cours dans le pays s’est élevé à 402 personnes.

L’organisation a déclaré dans un tweet qu’elle lui a adressé par l’intermédiaire de son compte officiel sur Twitter, que « du 16 septembre dernier à hier, vendredi, le nombre de morts dus aux manifestations dans tout l’Iran a atteint 402 personnes. »

Elle a ajouté qu’elle a « documenté le meurtre de 58 enfants et adolescents parmi les morts », notant que 16 813 manifestants, dont 524 étudiants des universités et des écoles, ont été arrêtés.

En ce qui concerne la mort des forces de sécurité iraniennes lors des manifestations, « Hrana » a révélé que 54 membres des forces de sécurité ont été tués.

Et l’organisation de défense des droits de l’homme a ajouté que « 150 villes et 140 universités ont participé aux manifestations nationales, et 1008 rassemblements de protestation ont été organisés dans les villes et les universités depuis le meurtre de la jeune fille kurde, Mahsa Amini, par la police à Téhéran ».

Les autorités iraniennes refusent de divulguer les chiffres exacts du nombre de morts, de blessés et de détenus parmi les manifestants et les forces de sécurité dans cette série de manifestations contre le régime en Iran.

Jusqu’à vendredi soir, des villes iraniennes, dont la capitale, Téhéran, Ispahan, Shiraz, Karaj, Sanandaj, Saqez (Saqqez), ainsi que des villes de la province du Sistan et du Baloutchistan, ont été le théâtre de manifestations populaires soulevant des slogans contre le Guide suprême Ali Khamenei.

Le porte-parole des Nations Unies, Farhan Haq, a réagi aux protestations et au fait que des manifestants ont été tués et blessés en Iran et a déclaré : « Nous condamnons tous les affrontements qui ont fait des morts et des blessés, y compris les tirs dans la ville d’Izeh dans la province du Khuzestan, dans le sud de l’Iran. »

Mercredi soir dernier, la ville d’Izeh a fait l’objet d’une attaque armée visant le marché central de la ville, tuant 7 personnes, dont des membres du personnel de sécurité et un policier.

Les autorités iraniennes ont annoncé l’arrestation de trois suspects dans cette attaque, notant que les personnes impliquées dans l’attaque ont tenté de fuir d’Iran vers la République d’Azerbaïdjan.

Dans une déclaration faite aujourd’hui, samedi, le ministère iranien des Affaires étrangères a critiqué ce qu’il a appelé « le silence des pays sur les récents attentats en Iran. »

Elle a déclaré : « Le silence délibéré contre les opérations terroristes les plus importantes n’a d’autres conséquences que d’encourager les terroristes et de promouvoir le terrorisme. »

Dans sa déclaration, le ministère a fait référence aux attaques qui ont eu lieu à Izeh, Isfahan, Mashhad et Shiraz, et a déclaré que la responsabilité de condamner ces attaques et de ne pas permettre « un refuge pour les extrémistes violents incombe à la communauté internationale et aux organisations internationales. »

L’Iran décrit ce qui se passe dans le pays comme des « troubles et des émeutes » provoqués par des pays étrangers, notamment les États-Unis.