SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Le Parlement européen demande que Khamenei soit inclus sur les listes de sanctions

Jeudi, le Parlement européen a adopté un projet de résolution soutenant les manifestants en Iran et exigeant que les Gardiens de la révolution soient inscrits sur la liste terroriste européenne.

Il a également appelé à l’inclusion du Guide suprême Ali Khamenei, du Président iranien Ebrahim Raisi et du Procureur général iranien sur les listes de sanctions, tout en demandant que le dossier des violations des droits de l’homme en Iran soit renvoyé au Conseil de sécurité.

Al-Arabiya / Al-Hadath a rapporté que le vote au Parlement européen en faveur de l’imposition de sanctions contre l’Iran a été effectué à une large majorité.

Il a ajouté que le Parlement européen avait appelé les autorités iraniennes à mettre fin à la diplomatie des otages et à libérer les ressortissants européens détenus.

Le Parlement a appelé hier l’Union européenne à inclure le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien sur sa liste d’organisations terroristes, lui reprochant de réprimer les manifestants et de fournir des drones à la Russie.

Dans un texte soutenu par une écrasante majorité de députés, le Parlement européen a condamné « la répression brutale par l’Iran, y compris les gardiens de la révolution, des manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa Amini, à la suite de son arrestation violente, de son humiliation et de ses mauvais traitements par la police des mœurs iranienne ».

Le texte appelle également l’Union européenne et les États membres à désigner le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien comme une organisation terroriste « en raison de ses activités terroristes, de la répression des manifestants et de la fourniture de drones à la Russie ».

Le Parlement européen n’a pas le pouvoir de forcer l’UE à inclure le CGRI sur sa liste d’organisations terroristes.

Mais le texte d’un amendement à une résolution proposée par la députée conservatrice polonaise Anna Votiga représente un message politique clair à Téhéran.

Bruxelles discute d’une quatrième série de sanctions contre Téhéran, et des sources diplomatiques ont déclaré que des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iraniens seraient ajoutés à la liste des sanctions de l’UE la semaine prochaine.

Mais certains États membres ont appelé le bloc à aller plus loin en désignant le CGRI dans son ensemble comme une organisation terroriste. La Grande-Bretagne devrait prendre une telle décision dans les semaines à venir.

Les relations entre les États membres de l’UE et Téhéran se sont détériorées ces derniers mois alors que les efforts pour relancer les négociations nucléaires sont au point mort.

Téhéran détient un certain nombre de citoyens européens et le bloc a de plus en plus critiqué sa répression violente contre les manifestants, y compris les exécutions.

De vastes manifestations antigouvernementales ont éclaté en Iran en septembre après la mort d’une jeune Kurde iranienne, Mahsa Amini, qui avait été arrêtée par la police des mœurs pour violation des codes vestimentaires stricts imposés aux femmes.

    la source :
  • alarabiya