SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Le Pentagone : Poutine n’a rien à voir avec l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN

Aujourd’hui, le ministère américain de la Défense a confirmé que la Russie n’a rien à voir avec l’adhésion de l’Ukraine à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), comme l’a déclaré le porte-parole du Pentagone, John Kirby, dans des déclarations à « Fox News » : « Certaines questions, bien sûr, ne sont pas à l’ordre du jour, mais nous avons fait un certain nombre de propositions sérieuses et nous attendons de la Russie qu’elle y réponde. »

Et il a ajouté : « Nous déclarons que la question de l’adhésion de l’Ukraine doit être décidée par l’Ukraine et l’OTAN, ce n’est pas une décision de Poutine. Il est clair que nous avons fait un certain nombre de propositions sérieuses auxquelles la Russie n’a pas encore répondu sur la base de la réciprocité. »

Pour sa part, la Maison Blanche a déclaré que la Russie peut lancer une attaque contre l’Ukraine à tout moment, notant que le président américain Joe Biden tiendra une réunion du Conseil national de sécurité pour discuter de la situation.

Cette déclaration intervient après que le président américain a déclaré, vendredi soir, que les services de renseignement l’avaient informé que le président russe Vladimir Poutine avait pris sa décision d’ « envahir l’Ukraine », s’attendant à ce que l’attaque présumée ait lieu dans les « prochains jours ».

D’autre part, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a averti dans une interview télévisée diffusée samedi soir que « tout indique que la Russie a l’intention de lancer une « attaque totale » contre l’Ukraine ».

De son côté, l’Occident affirme que la Russie se prépare à envahir le territoire ukrainien, après avoir renforcé sa présence militaire à la frontière ukrainienne depuis des mois, et affirme avoir mobilisé près de 200 mille soldats pour cela, mais Moscou n’a pas confirmé ces données, et elle dément les allégations de Washington et de Kiev d’envahir l’Ukraine.

Ainsi, Moscou répond à toutes ces allégations qu’elle a le droit de déplacer, de mobiliser et d’engager ses forces à l’intérieur de ses frontières comme elle le souhaite et rejette totalement l’ingérence dans ses affaires privées, notamment militaires. Dans le même temps, la Russie ne nie pas ses craintes face aux mouvements militaires agressifs de l’OTAN et de ses partenaires dans la région de l’Europe de l’Est.

Plus tôt, le président Vladimir Poutine a déclaré que pour les États-Unis, l’Ukraine n’est qu’un outil pour atteindre leur objectif de contenir la Russie et de l’entraîner dans un « conflit armé ».

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a ridiculisé les rapports des médias occidentaux qui avaient fixé une date pour la prétendue invasion russe de l’Ukraine.