SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

« Le père était la cible » De nouveaux détails révèlent l’affaire de l’enfant kidnappé de Daraa

La question de l’enlèvement de l’enfant syrien, Fawaz Al-Qteifan, occupe les cercles, après que la situation soit devenue plus dangereuse, avec l’expiration du délai que le gang a fixé à la famille de l’enfant aujourd’hui, mercredi, sans aucune nouvelle de celle-ci au cours des dernières heures, malgré l’annonce de la famille qu’elle avait collecté la totalité de la somme requise.

Au milieu de ces développements, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a confirmé aujourd’hui que la communication avec le gang a été complètement coupée, ce qui rend probable que les ravisseurs craignent que les communications soient surveillées en cas de communication avec la famille de l’enfant, surtout après l’intervention des services de sécurité du régime dans l’affaire, qui s’est transformée en un problème d’opinion publique. .

Pendant ce temps, des sources ont révélé à Al-Arabiya.net de nouveaux détails sur l’affaire, refusant de révéler son nom, expliquant que cet enlèvement était voulu.

L’information a également confirmé que le jeune était connu des ravisseurs qui allaient vers lui en raison de différends et de tendances familiales, expliquant que le père de l’enfant était la cible, avec l’intention de perdre ses biens en vendant ses terrains qu’il possédait dans la région afin de percevoir le prix de la rançon, ce qui explique pratiquement la première histoire d’enlèvement, qui indiquait la présence d’une femme avec des hommes masqués montrant les ravisseurs au petit garçon.

Elle a également souligné que les ravisseurs se sont rendu compte d’un mouvement de sécurité par les autorités du régime syrien, en particulier après les nouvelles des forces militaires soutenues par la Légion russe encerclant la zone, de sorte qu’ils ont coupé le contact avec la famille.

Hier, la famille a confirmé à Al Arabiya.net qu’elle attendait que les ravisseurs communiquent avec elle, pour recevoir l’enfant kidnappé, mais elle n’a reçu aucune communication de leur part.

Il est à noter que les ravisseurs avaient menacé d’amputer les doigts de l’enfant, si la rançon exigée n’était pas remise dans un délai maximum de mercredi.

 

    la source :
  • alarabiya