SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Le prix du pétrole dépasse 105 $ alors que les préoccupations en matière d’approvisionnement persistent

Les prix du pétrole ont dépassé les 105 dollars le baril lundi, alors que les inquiétudes concernant les pénuries d’approvisionnement se poursuivaient en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et de l’absence d’accord sur le nucléaire iranien malgré le retrait des pays des réserves stratégiques de pétrole.

La guerre de la Russie contre l’Ukraine, annoncée par le président Vladimir Poutine le 24 février, a exacerbé les inquiétudes concernant les approvisionnements qui existaient déjà et a fait grimper les prix du pétrole. Les craintes d’une nouvelle baisse de l’offre se sont accrues depuis ce mois-ci en raison des sanctions contre la Russie et de la réticence des acheteurs à l’égard du pétrole.

Le brut Brent a augmenté de 63 cents, ou 0,6%, à 105,02 dollars le baril à 08h05 GMT. Le brut américain West Texas Intermediate a gagné 1,08 $, ou 1,1 %, à 100,35 $ le baril.

Le brut a chuté de 1 $ chacun dans les premiers échanges sur le marché aujourd’hui.

« La libération de pétrole à partir de réserves stratégiques comblera-t-elle la pénurie causée par les sanctions et la réticence des acheteurs à l’égard du pétrole russe? Réponse courte : Non.», a déclaré Stephen Brinnock de BFM Oil Brokers. Les prix du pétrole ont chuté de près de 13% la semaine dernière après que le président Joe Biden a annoncé un retrait sans précédent des réserves de pétrole des États-Unis et que les membres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ont promis de nouveaux retraits des réserves. Le brut a atteint 139 $ le mois dernier, son plus haut niveau depuis 2008.

Il soutient également la suspension des pourparlers visant à relancer l’accord nucléaire iranien, qui lèverait les sanctions sur le commerce du pétrole iranien. L’Iran a aujourd’hui blâmé les États-Unis pour l’arrêt.

Une certaine pression sur les prix provenait d’une trêve au Yémen, ce qui pourrait atténuer la menace pesant sur les approvisionnements en provenance du Moyen-Orient.

Les Nations Unies ont négocié une trêve de deux mois entre une coalition dirigée par l’Arabie saoudite et le groupe Houthi allié à l’Iran pour la première fois dans le conflit de sept ans.

Les installations pétrolières saoudiennes ont été attaquées par les Houthis pendant le conflit, et les approvisionnements en provenance de Russie ont été suspendus.

    la source :
  • Reuters