SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Le Premier ministre israélien : Tel Aviv a réussi à empêcher un retour sur l’accord nucléaire

Israël a toujours cherché par tous les moyens à empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a révélé que Tel Aviv a réussi à empêcher un retour à l’accord, alors que les négociations avec l’Iran sont dans l’impasse concernant son programme nucléaire.

Dans une interview accordée aux journalistes, il a ajouté qu’Israël cherche à obtenir un accord qui empêchera définitivement l’Iran de développer une arme nucléaire. Il a ajouté que l’objectif israélien est également d’empêcher l’Iran de continuer à enrichir de l’uranium.

Ces déclarations interviennent après que le directeur de l’Agence atomique internationale, Rafael Grossi, a annoncé que les négociations avec l’Iran pour relancer l’accord nucléaire étaient dans l’impasse.

Le département d’État américain a quant à lui estimé que les États-Unis attendaient une réponse constructive de l’Iran concernant la relance de l’accord, notant la nécessité de revenir à l’accord avant que Téhéran ne se dote de la bombe nucléaire.

Quant à l’Iran, il a de nouveau renvoyé la balle dans le camp américain, rendant Washington responsable de son échec. Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a exprimé, lors d’une conférence de presse télévisée, aujourd’hui lundi, que son pays est prêt à conclure un « bon accord » avec les puissances mondiales.

Cependant, il a blâmé les États-Unis pour l’impasse des discussions visant à relancer l’accord nucléaire de 2015, selon Reuters.

Il a déclaré que son pays était prêt à retourner à Vienne pour trouver un bon accord si Washington remplissait ses obligations, selon son affirmation.

Il convient de noter que les pourparlers de Vienne, qui ont été lancés en avril 2021 pour relancer l’accord nucléaire, étaient suspendus depuis mars dernier, après l’échec d’un certain nombre de dossiers.

La situation s’est encore aggravée après que l’Agence internationale de l’énergie atomique des Nations unies a publié la semaine dernière une résolution américano-européenne critiquant officiellement l’Iran pour son manque de coopération, après un précédent rapport du mois dernier dans lequel l’agence confirmait ne pas avoir obtenu de « clarifications » concernant des traces d’uranium enrichi trouvées dans trois sites non autorisés en Iran.

Téhéran a réagi à la décision de l’agence, mercredi dernier, de fermer 27 caméras dédiées à la surveillance de ses activités nucléaires.