SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 February 2023, Wednesday |

Le président français : L’Europe doit préparer sa future structure de sécurité

Le président français Emmanuel Macron a déclaré dans des propos diffusés (samedi 3-12-2022) que l’Occident devrait réfléchir à la manière de répondre au besoin de garanties de sécurité de la Russie si le président Vladimir Poutine accepte d’organiser des négociations pour mettre fin à la guerre en Ukraine.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision française TF1, enregistrée lors de sa visite officielle aux États-Unis la semaine dernière, Macron a déclaré que l’Europe devait préparer sa future architecture de sécurité.

« Cela signifie que l’un des principaux points que nous devons aborder, comme le dit toujours le président russe Vladimir Poutine, est la peur que l’OTAN vienne à ses portes et le déploiement d’armes qui pourraient menacer la Russie », a-t-il ajouté.

« Cette question fera partie des questions de paix, donc nous devons préparer ce que nous sommes prêts à faire, comment protéger nos alliés et nos États membres, et comment donner des garanties à la Russie le jour où elle reviendra à la table des négociations », a déclaré Macron.

La Russie et les États-Unis ont déclaré il y a quelques jours qu’ils étaient prêts en principe à engager des pourparlers, bien que le président américain Joe Biden ait déclaré qu’il ne s’entretiendrait avec Poutine que s’il montrait qu’il était intéressé par la fin de la guerre. L’Ukraine affirme que les négociations ne peuvent avoir lieu que si la Russie met fin à l’offensive et retire ses forces.

De nombreux Ukrainiens et Occidentaux sont farouchement opposés à toute négociation avec Poutine qui le récompenserait par des concessions après une guerre de près de dix mois, d’autant que l’Ukraine a expulsé les forces russes de vastes zones au cours des trois derniers mois.

Mais les commentaires de Macron indiquaient sa sympathie pour le besoin de garanties de sécurité de Moscou, une demande non satisfaite qui a fait l’objet d’une intense diplomatie avant la guerre.

Et le 8 février, quelques semaines avant l’invasion russe, Poutine a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec Macron à Moscou que la Russie continuerait à essayer d’obtenir des réponses de l’Occident à ses trois principales demandes en matière de sécurité, à savoir : pas d’élargissement de l’OTAN et pas de prolifération de missiles près de ses frontières et la réduction de l’infrastructure militaire de l’OTAN en Europe aux niveaux de 1997.

Les États-Unis ont déclaré à l’époque que les demandes russes étaient « sans signification ».

    la source :
  • Reuters