SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Le président iranien: Nous avons contrecarré les tentatives américaines de déstabiliser le pays

Les médias iraniens ont cité le président Ebrahim Raisi disant que la sécurité est stable dans toutes les villes iraniennes, après ce qu’il a décrit comme une tentative ratée des États-Unis de répéter les soulèvements du printemps arabe de 2011 en République islamique alors que les manifestations se poursuivent pour le cinquantième jour.

Les dirigeants religieux iraniens luttent pour réprimer les manifestations qui ont éclaté en septembre, après la mort de la jeune femme irano-kurde Mehsa Amini sous la garde de la police des moralités, qui l’a arrêtée pour violation des lois strictes sur les vêtements des femmes.

Les militants disent que des centaines de personnes, principalement des manifestants, ont été tuées dans l’une des plus graves vagues de troubles balayant le pays depuis la révolution islamique de 1979 qui a renversé le Shah alors soutenu par les États-Unis.

Alors que les autorités iraniennes célébraient cette semaine l’anniversaire de la saisie de l’ambassade des États-Unis à Téhéran par des étudiants radicaux, le président Joe Biden a soutenu les manifestants en disant: « Nous libérerons l’Iran. Ils vont bientôt se libérer. »

Les agences de presse iraniennes ont cité Raïssi disant à un groupe d’étudiants, lors d’une réunion de quatre heures, que « les Américains et nos ennemis ont essayé de rendre le pays dangereux en appliquant leurs modèles d’action en Libye et en Syrie, mais ont échoué ».

Au contraire, la sécurité totale est maintenant enracinée dans les villes iraniennes, a déclaré Raisi, promettant des représailles pour ceux qui ont provoqué des troubles dans le pays, ajoutant: « Les émeutes et les tentatives de perturber le pays sont différentes des manifestations, et les émeutes et celles qui mettent en danger la sécurité du pays doivent être abordées. »

L’agence de presse des militants des droits de l’homme (Hrana) a déclaré que 314 manifestants avaient été tués dans les troubles vendredi, dont 47 mineurs. Quelque 38 membres des forces de sécurité ont également été tués. Selon l’agence, au moins 14 170 personnes, dont 392 étudiants, ont été arrêtées lors de manifestations dans 136 villes et 134 universités.

    la source :
  • Reuters