SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 23 October 2021, Saturday |

Le régime d’Al Assad augmente les salaires en Syrie..

Des millions de Syriens, en particulier dans les zones contrôlées par le régime, souffrent des prix élevés des matières premières, alors que le gouvernement est incapable de trouver un plan économique pour arrêter l’effondrement de la monnaie et d’investir des ressources naturelles pour au profit de millions de Syriens.

Dans une tentative décrite par les observateurs comme faisant tomber la poussière à El-Ayoun, le président du régime syrien, Bachar al-Assad, a publié aujourd’hui, dimanche, un décret pour augmenter les salaires des employés civils et militaires du secteur gouvernemental, dans une tentative pour faire face à l’augmentation significative des exigences de la vie que la plupart des Syriens souffrent.

Le décret a augmenté les salaires des employés de 50 pour cent, tandis que le taux d’augmentation des salaires des entrepreneurs a atteint 40 pour cent.

De son côté, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme a confirmé que cette augmentation intervient dans un contexte d’augmentation sans précédent des prix des matières premières et de baisse du pouvoir d’achat de la plupart des Syriens.

Il est à noter que le décret présidentiel a relevé le salaire minimum général et le salaire minimum pour les professions des travailleurs du secteur privé et les professions non couvertes par les dispositions de la Loi fondamentale pour les fonctionnaires à 71 515 livres syriennes par mois.

Les zones contrôlées par le régime syrien connaissent des crises vivantes représentées par les prix élevés des produits de base, la crise persistante du carburant et du pain, en plus de la crise du gaz domestique, la crise étouffante de l’électricité, ainsi que la crise de l’eau.

Avec la décision d’augmenter les salaires, le salaire d’un employé du secteur public moyen ne dépasse pas 30 $, soit l’équivalent de 90000 livres syriennes, et celui du secteur privé est d’environ 75 $, soit l’équivalent de 225 000 livres syriennes.

Mais la famille a besoin, selon l’observatoire, de plus d’un million de livres syriennes par mois, soit l’équivalent de 300 dollars américains, pour pouvoir vivre de façon « moyenne ».

Quelques jours avant le décret du président du régime syrien d’augmenter les salaires, le ministère du Commerce intérieur et de la Protection des consommateurs du gouvernement du régime syrien a relevé le prix du litre d’essence à 3000 livres syriennes, après 2000 syriens. livres sterling.

Cela s’est produit quelques jours après l’augmentation du prix du sucre et du riz subventionnés, et le gouvernement du régime a également augmenté les prix du diesel et du pain de plus de 100 pour cent, quelques jours après avoir augmenté le prix de l’essence, du sucre et du riz, ce qui a amené le prix du litre de diesel à 500 livres syriennes au lieu de 185 pour tous les secteurs public et privé. Y compris la Société syrienne des boulangeries et les boulangeries du secteur privé, le gouvernement du régime a également augmenté le prix d’une liasse de pain à 200 livres syriennes au lieu de 100 livres.

Pour la quatrième fois depuis le début de cette année, le gouvernement du régime Assad a augmenté les prix de l’essence « octane 95 », pour atteindre la limite de 3000 livres syriennes par litre, ce qui augmente la souffrance des citoyens d’une part, et ouvre la porte aux questions sur les raisons et les objectifs derrière cette démarche d’autre part.

Aucune justification n’a été délivrée par le ministère du Commerce intérieur et de la Protection des consommateurs, qui a pris la décision d’augmenter le prix de l’essence, et il est à noter qu’elle est intervenue quelques jours après que le gouvernement Assad a annoncé que les prix du sucre et du riz « subventionnés » ont été augmentés d’environ 100 pour cent.

La Syrie vit dans la pire crise économique de l’histoire, et cette crise concerne tous les secteurs.

    la source :
  • Alhurra