SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Le régime d’al-Assad manipule l’aide humanitaire

Un nouveau rapport publié par le Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS) a révélé que le régime de Bachar al-Assad a manipulé à plusieurs reprises l’aide humanitaire en Syrie en la refusant à ses opposants et en la donnant à d’autres.

Le rapport indique que le régime d’Assad a une telle autorité sur l’accès aux organisations d’aide, y compris par le biais de l’approbation des visas, qu’il est devenu normal pour les proches des hauts responsables du régime d’obtenir des emplois au sein des organes de l’ONU.

Basé sur des entretiens avec des responsables des Nations Unies et des travailleurs humanitaires en Syrie, le rapport de 70 pages « Rescuing Assistance in Syria » a été publié par le groupe de réflexion basé à Washington, DC.

Le rapport ajoute:« Alors que les gouvernements donateurs occidentaux versent environ 2,5 milliards de dollars par an en aide humanitaire, les besoins continuent d’augmenter. De plus, le gouvernement Assad a manipulé l’aide pendant plus d’une décennie, retenant l’aide des opposants et la dirigeant vers les alliés ».

Entre-temps, selon le rapport, les cas de menaces, d’arrestations arbitraires et de torture de travailleurs humanitaires syriens ont augmenté au cours de l’année écoulée.

Le personnel d’une organisation humanitaire locale a été arrêté et tué, et leurs proches ont reçu l’ordre d’évacuer ou ont été arrêtés.

En outre, le rapport indique que lorsque l’aide a été transportée à travers les lignes de conflit dans le nord-ouest et l’est de la Syrie, appelées expéditions transfrontalières, il y a eu des vols et du matériel médical a été distribué au hasard.

Seules 43 500 rations alimentaires sont arrivées dans le nord-ouest de la Syrie tenu par les rebelles dans des convois transfrontaliers, contre 1,3 million livrés depuis la Turquie en novembre.

En plus de détourner la nourriture de l’ONU vers l’armée du régime syrien, les personnes directement responsables des violations des droits de l’homme en bénéficient également.