SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Le scénario de la « Ghouta » va-t-il se répéter en Ukraine ?

Coïncidant avec la poursuite de la guerre russe contre l’Ukraine, le scénario de la guerre en Syrie est revenu sur le devant de la scène, alors que des responsables américains et européens ont révélé, vendredi, que les États-Unis et leurs alliés disposent de renseignements selon lesquels la Russie pourrait se préparer à utiliser des armes chimiques contre les Ukrainiens, après son échec à contrôler les villes, selon le Washington Post.

Les responsables ont souligné que les renseignements, qu’ils n’ont pas voulu divulguer, indiquaient que la Russie se préparait peut-être à déployer des munitions chimiques, et ont averti que le Kremlin pourrait chercher à mener une campagne « mensongère » visant à faire accuser les Ukrainiens ou éventuellement les gouvernements occidentaux.

Ces déclarations interviennent alors que Moscou a affirmé que « l’Ukraine, avec le soutien des États-Unis, dirige des laboratoires secrets d’armes biologiques », ce qui a été rejeté par Washington, et le président américain Joe Biden l’a qualifié de « mensonges purs et simples ».

L’ambassadeur de la Russie aux Nations unies, Vassily Nebenzia, a déclaré que Kiev avait exploité un réseau de 30 laboratoires menant des « expériences biologiques extrêmement dangereuses » et visant à propager des « agents pathogènes viraux » des chauves-souris aux humains.

Il a ajouté : « Des expériences sont menées pour étudier la propagation de maladies graves en utilisant des parasites actifs comme les poux et les puces. »

Washington et Kiev ont nié l’existence de laboratoires visant à produire des armes biologiques dans le pays.

D’autre part, le scénario syrien pendant la guerre a émergé, où la Russie a fourni une couverture diplomatique et une assistance logistique à Bachar al-Assad lorsque les forces de ce dernier ont utilisé des armes chimiques contre des quartiers tenus par l’opposition.

Ces armes comprenaient des gaz neurotoxiques très avancés et mortels, ainsi que des composés industriels ordinaires tels que le chlore. Lors de la pire attaque, en août 2013, le gaz sarin mortel s’est répandu dans des sous-sols utilisés par des familles syriennes comme abris anti-bombes, à Ghouta, à l’est de Damas, tuant environ 1 400 personnes.

Et les attaques du régime syrien ont souvent été accompagnées de fausses allégations – répétées par les responsables russes à plusieurs reprises – selon lesquelles l’opposition était à l’origine des attaques.

Selon le responsable de l’OTAN qui a décrit l’inquiétude croissante concernant d’éventuelles attaques chimiques en Ukraine, cette inquiétude découle de « nouveaux renseignements, ainsi que des tactiques russes dans la guerre. »

Le responsable a déclaré que ces tactiques commencent par le bombardement intense et la destruction des villes, puis l’utilisation d’armes chimiques pour transporter les combattants dans des cachettes, et enfin le déni de cela.

Les responsables américains ont refusé de commenter ces informations. Un haut responsable de la défense a déclaré que le gouvernement ukrainien n’avait pas demandé d’équipement de protection pour se défendre contre une attaque chimique.