SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Le secrétaire général de l’OTAN : La Russie nous a imposé une nouvelle réalité

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que la décision prise plus tôt dans la journée par le président russe Vladimir Poutine de mettre les forces de dissuasion nucléaire en état d’alerte constitue une nouvelle escalade.

Il a souligné que la Russie a imposé à l’alliance une nouvelle réalité, insistant sur le fait que les États membres de l’OTAN vont renforcer leurs défenses aériennes.

Dans des déclarations faites dimanche soir, selon ce que rapporte l’AFP, il a qualifié la démarche de Poutine de comportement inacceptable et dangereux.

Tandis que les États-Unis ont accusé le président russe de « fabriquer des menaces » afin de justifier les attaques. « C’est un schéma que nous avons vu chez Poutine tout au long de ce conflit, à savoir la fabrication de menaces inexistantes afin de justifier de nouvelles agressions », a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, sur la chaîne de télévision ABC, interrogée sur la déclaration de mobilisation des forces nucléaires par Moscou.

Stoltenberg a annoncé hier que l’alliance allait déployer des forces terrestres, maritimes et aériennes de « réponse rapide » afin de se préparer à faire face à toute situation d’urgence en Europe de l’Est, en réponse à l’escalade russe à l’égard de son voisin occidental, l’Ukraine.

Il a ajouté que « les forces de l’alliance comprendront 100 avions, 120 navires, des groupes de combat et des porte-avions. »

Dans le même temps, la question de l’élargissement de l’Atlantique à l’est constitue une ligne rouge pour le Kremlin, qui, avant de lancer son opération militaire le 24 février en direction du territoire ukrainien, a exigé à plusieurs reprises une solution à ce dilemme.

Moscou rejette également l’adhésion de Kiev à l’alliance, considérant cette adhésion comme une menace pour sa sécurité nationale et stratégique.

Depuis des mois, les relations entre les deux pays connaissent une tension sans précédent, alors que la Russie a mobilisé des milliers de soldats à la frontière, avant de lancer ses opérations militaires. Cela a suscité une vaste campagne de critiques de la part des Occidentaux, qui ont imposé des sanctions sévères et résolues à des dizaines de ses banques, ainsi qu’à de nombreuses personnes fortunées proches du Kremlin, touchant même Poutine lui-même et son ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov.