SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 22 October 2021, Friday |

Le tremblement de terre en Haïti … le nombre de morts a augmenté de façon spectaculaire, et des milliers de personnes ont été blessées

Le bilan du séisme qui a frappé Haïti s’est alourdi de façon alarmante dimanche, atteignant au moins 724 morts et plus de 2 800 blessés dans le sud-ouest de l’île.

Selon un communiqué de la Défense civile, « le bilan du séisme s’est alourdi en début de journée, le 15 août, pour atteindre 724 morts : 500 personnes ont été tuées dans le sud, 100 dans la Grand’Anse, 122 à Nippes, et deux personnes ont été tuées dans le nord-ouest. »

Les équipes de secours sont toujours à la recherche de survivants à la suite du séisme de magnitude 7,2, qui s’est produit vers 08h30 (12h30 GMT), à 12 km de Saint-Louis-de-Sud, à 160 km de la capitale, Port-au Prince, selon le Centre sismologique américain.

Le tremblement de terre a entraîné l’effondrement d’églises, de magasins, de maisons et de bâtiments, des centaines de personnes ont été piégées sous leurs décombres.

Les habitants se sont efforcés de récupérer les blessés piégés sous les décombres, dans des efforts salués par la Défense civile, soulignant que « les premières interventions ont permis de sortir de nombreuses personnes des décombres. »

Les quelques hôpitaux présents dans les zones touchées déploient des efforts considérables pour apporter les premiers soins.

Le Premier ministre Ariel Henry, qui a inspecté en hélicoptère les zones les plus touchées, a déclaré samedi l’état d’urgence pour un mois dans les quatre provinces concernées par la catastrophe.

Le ministère de la Santé a envoyé du personnel et des médicaments dans le sud-ouest de la péninsule, mais la logistique d’urgence est menacée par des problèmes d’insécurité en Haïti depuis des mois.

La seule route reliant la capitale à la moitié sud du pays ne fait qu’un peu plus de deux kilomètres, dans le quartier pauvre de Martissant, qui est contrôlé par des bandes armées depuis début juin, ce qui empêche la libre circulation.

« Toute l’aide doit pouvoir traverser », a déclaré le Premier ministre samedi soir.

À Washington, le président Joe Biden a proposé une aide « immédiate » des États-Unis et chargé l’administratrice de l’USAID, Samantha Powers, de coordonner l’effort.

Les habitants de tout le pays ont ressenti le tremblement de terre. Jeremie, qui compte plus de 200 000 habitants, à l’extrémité sud-ouest de la péninsule, a été fortement endommagée dans son centre, composé principalement de maisons à un seul étage.

Les opérations de secours pourraient être interrompues à l’approche de la tempête tropicale Grace, qui risque de provoquer de fortes pluies et des crues soudaines, selon le service météorologique national américain.

Par ailleurs, des témoins ont filmé les décombres de plusieurs bâtiments en béton, dont une église qui semble avoir tenu une cérémonie religieuse samedi matin dans une zone située à 200 km au sud-ouest de Port-au-Prince.

En effet, le pays le plus pauvre du continent américain a encore en mémoire le séisme du 12 janvier 2010 qui a détruit la capitale et de nombreuses villes.

À l’époque, plus de deux cent mille personnes avaient été tuées, plus de 300 mille avaient été blessées et un million et demi de personnes avaient été déplacées.

Plus de dix ans après ce séisme dévastateur, Haïti, englué dans une grave crise socio-politique, n’a pas pu relever le défi de la reconstruction.