SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 October 2021, Tuesday |

L’économie du Golfe se redresse à mesure que Corona recule et que le prix pétrole augmente

Les économies du CCG continueront de se redresser à mesure que les prix du pétrole augmenteront et que l’épidémie de Corona reculera, augmentant leurs revenus d’exportation de pétrole d’environ 105 milliards de dollars cette année, prédit un rapport financier.

« La reprise économique et financière devrait s’accélérer en 2022 à mesure que la troisième vague de l’épidémie s’éloigne, que les vaccins CORONA deviennent largement disponibles et que les réductions de la production de pétrole diminuent conformément à l’OPEP et à ses partenaires », a déclaré l’Institut international de la finance, qui comprend les banques centrales et les principales banques américaines et européennes, dans un rapport.

Selon les projections de l’Institut, les six économies du CCG connaîtront une croissance de 1,7 % en 2021 et de 4,2 % en 2022, tandis que le déficit budgétaire sera considérablement réduit, passant d’environ 8,5 % du PIB l’an dernier à 1 % cette année, en supposant que le prix moyen du pétrole soit de 67 $ le baril contre 40 $ en 2020, et sur cette base, les recettes d’exportation de pétrole passeront de 221 milliards de dollars en 2020 à 326 milliards de dollars en 2021, soit une augmentation de 105 milliards de dollars.

« Les plans financiers annoncés dans les années à venir en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, à Oman et au Qatar mettront la situation financière sur des bases saines à moyen terme, même si les prix du pétrole chutent à nouveau après 2021 ». En ce qui concerne la balance financière extérieure, l’Institut a prédit que la hausse des prix du pétrole augmenterait considérablement l’excédent du compte courant d’environ 20 milliards de dollars en 2020 à environ 109 milliards de dollars cette année, tandis que les flux de capitaux pour les non-résidents passeraient de 123 milliards de dollars en 2020 à 148 milliards de dollars en 2021, malgré la réduction des besoins de financement du gouvernement.

Le centre a conclu son rapport en notant que « la croissance du PIB devrait augmenter de 1,9% en 2021, de 4,6% en 2022 en Arabie saoudite et de 1,6% et 3,7% aux Émirats arabes unis. 1,2%, 4% au Koweït, 3,1%, 3,8% au Qatar, 1,1%, 2,9% à Oman, 2,6% et 3,5% à Bahreïn ».

    la source :
  • Erem news