SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Les affrontements menacent la sécurité de la capitale libyenne

La capitale libyenne, Tripoli, a été le théâtre dans la soirée (vendredi 26 août 2022) de violents affrontements entre différents groupes armés, qui ont fait plusieurs morts et blessés.

Le gouvernement d’union nationale en Libye a, à son tour, condamné les affrontements qui ont provoqué une paralysie nocturne des quartiers densément peuplés et civils.

Le gouvernement d’union nationale a déclaré dans un communiqué que les affrontements ont résulté du fait qu’un groupe militaire a tiré sans discernement sur un convoi dans le quartier de la rue Zawiya, alors que des groupes armés se rassemblaient à la porte 27 à l’ouest de Tripoli et à la porte al-Jyss au sud de Tripoli.

Plusieurs civils ont été blessés lors de violents affrontements qui ont éclaté dans la nuit entre deux groupes armés et qui se poursuivent, samedi, dans la capitale libyenne, Tripoli, qui connaît une grave crise politique faisant craindre un nouveau conflit.

Des combats à l’arme lourde et légère ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi dans plusieurs quartiers de la ville de l’ouest de la Libye, sur fond de chaos politique avec deux gouvernements rivaux.

Les médias locaux ont rapporté que des civils ont également été tués, mais aucun bilan officiel n’a été publié pour le moment.

Les affrontements ont causé d’importants dégâts au cœur de la capitale, de nombreuses photos publiées sur les médias sociaux montrant des voitures carbonisées et des bâtiments marqués par des balles.

Dans l’ouest du pays, des groupes armés soutiennent le chef du gouvernement basé à Tripoli, Abdel Hamid Dbeibah, tandis que d’autres groupes soutiennent le chef du gouvernement rival, Fathi Bashagha, qui se trouve à Syrte (centre) et considère l’autorité exécutive dans la capitale comme « illégitime. »

Depuis sa nomination en février par le parlement basé à l’est, Bashagha tente sans succès d’entrer à Tripoli pour y établir son autorité. Il a récemment menacé de recourir à la force pour y parvenir.

Il était impossible de savoir si ces nouvelles batailles faisaient partie de la tentative de l’ancien ministre de l’intérieur de prendre le pouvoir à Tripoli.

    la source :
  • Alhurra