SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 July 2022, Tuesday |

Les Africains sont confrontés à un choix difficile: rendre les allies en colère ou la nourriture bon marché en provenance de Russie ?

Depuis les premiers jours de l’invasion, la Russie a bombardé et pillé les greniers ukrainiens, qui représentent un dixième des exportations mondiales de blé, faisant grimper les prix des denrées alimentaires et suscitant des attentes d’augmentation des taux de faim dans le monde.

En mi-mai, les États-Unis ont envoyé une alerte à 14 pays, principalement en Afrique du Nord et de l’Est, indiquant que des cargos russes quittaient des ports proches de l’Ukraine avec du « grain ukrainien volé », selon le câble du département d’État américain. Les noms de ces navires ont été identifiés, selon le New York Times.

L’avertissement américain sur les céréales a exacerbé le dilemme des pays africains, où beaucoup se sentent déjà piégés entre l’Est et l’Ouest, où ils seront probablement confrontés à un choix difficile entre la colère des alliés et les pays occidentaux, et le refus de la nourriture bon marché à un moment où les prix du blé sont en baisse. se lève et des centaines de milliers de personnes meurent de faim.

Pour sa part, le gouvernement ukrainien a accusé la Russie d’avoir volé jusqu’à 500 000 tonnes de blé ukrainien, d’une valeur de 100 millions de dollars, depuis l’invasion russe en février.

Les responsables ukrainiens affirment qu’une grande partie a été transportée par camion vers des ports de Crimée sous contrôle russe, puis sur des navires, dont certains sont soumis à des sanctions occidentales.

Le chef de l’Union africaine, le président du Sénégal, Macky Sall, avait rencontré le président russe Vladimir Poutine, pour tenter de sécuriser l’approvisionnement en céréales de son pays.

Dans la Corne de l’Afrique, une sécheresse dévastatrice a laissé 17 millions de personnes affamées, principalement dans certaines parties de la Somalie, de l’Éthiopie et du Kenya, selon les Nations Unies. Plus de 200 000 personnes en Somalie sont au bord de la famine.

« Le dilemme des Africains »

 

Face à ce besoin urgent (la faim), de nombreux pays africains n’hésiteront probablement pas à acheter le grain fourni par la Russie, quelle que soit sa provenance, a déclaré Hassan Khanenge, directeur du Horn International Institute for Strategic Studies au Kenya.

Khanenge a ajouté : « Ce n’est pas un problème. Les Africains ne se soucient pas d’où ils tirent leur nourriture, et si quelqu’un doit être puni pour cela, ils ont tort. Il a poursuivi : « Le besoin de nourriture est très important, et ce n’est pas quelque chose dont ils ont besoin d’en discuter ».

Les responsables ukrainiens ont souligné que la solution au problème alimentaire de l’Afrique était d’augmenter la pression mondiale pour mettre fin à la guerre, et non d’acheter des céréales pillées. Il y a une « réponse simple : arrêtez les combats », a déclaré Taras Vysotsky, vice-ministre ukrainien de l’Agriculture.

Vysotsky et d’autres ministres ukrainiens ont accusé pendant des mois la Russie d’avoir volé du grain sur les terres qu’elle occupe dans le grenier à blé du sud du pays, ce que l’on a qualifié de « vol pur et simple » dans les entrepôts des parties occupées des régions de Zaporizhzhya, Kherson, Donetsk et Louhansk.

Vysotsky a déclaré que les Russes avaient également volé des machines agricoles d’une valeur comprise entre 15 et 20 millions de dollars.

 

    la source :
  • Alhurra