SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2021, Wednesday |

Les attaques d’Israël en Syrie se poursuivent contre l’Iran…avec la permission de la Russie

Une carte blanche que la Russie a apparemment remise à Israël il y a quelques jours, et qui a permis de donner le coup d’envoi des avions israéliens et des attaques aériennes contre les groupes et milices iraniens en Syrie.

Le ministre israélien Ze’ev Elkin, qui accompagnait le Premier ministre israélien Naftali Bennett à Sotchi vendredi pour rencontrer le président russe Vladimir Poutine, a expliqué qu’il a été convenu de continuer à donner à Israël la liberté dans l’espace aérien syrien pour lancer ses raids et se coordonner avec la Russie, en plus de discuter du dossier nucléaire iranien.

Centres de présence iranienne

Il a également souligné aujourd’hui, dimanche, que les cartes de photographie aérienne israélienne de la géographie syrienne comprenaient les emplacements de l’Iran et de ses forces, qui ont été montrés lors de la réunion.

En outre, Bennett a demandé la réactivation de l’accord de désescalade dans le sud de la Syrie en supprimant la présence iranienne à 80 km au nord du Golan occupé.

Bennett et Poutine à Sotchi

Il est à noter que Bennett avait rencontré Poutine vendredi dans la ville de Sotchi, sur la mer Noire, pour des entretiens, les premiers avec le président russe.

Poutine avait alors déclaré que les deux pays entretenaient des relations « uniques », exprimant son espoir de voir se poursuivre « la relation de confiance » qu’il avait établie avec le précédent gouvernement israélien.

Alors que Bennett a assuré Poutine qu’Israël le considère comme un « véritable ami du peuple juif ».

Il a également souligné qu’ils parleraient de « la situation en Syrie et du programme nucléaire et militaire de l’Iran. »

Il convient de noter qu’il y a des années, Israël a mené des centaines d’attaques aériennes visant des milices et des sites iraniens en Syrie, mais il l’a rarement annoncé.

Mais nombre de ses responsables ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils ne permettraient pas une menace iranienne à la frontière nord.

    la source :
  • alarabiya