SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 January 2023, Tuesday |

Les autorités iraniennes ouvrent la voie à une nouvelle vague d’exécutions

Malgré le tollé international suscité par l’exécution d’un manifestant, les autorités iraniennes semblent préparer le terrain pour une nouvelle vague d’exécutions.

Le journal Jawan, affilié au CGRI, a défendu la décision d’exécuter le manifestant Mohsen Shakari, exigeant la peine de mort pour 60 personnes ou plus en échange de la chute de 60 membres des forces de sécurité.

Le journal a déclaré que le tollé soulevé par certains après l’exécution de Shakari montrait que les actions du pouvoir judiciaire étaient correctes et conformes aux normes légales, ajoutant: « Nous devons attendre et voir le procès et la punition des émeutiers, pour compenser une partie des pertes infligées par les complices contre l’Iran et les Iraniens ».

Les autorités judiciaires accusent les manifestants de « moharebeh », qu’elles qualifient d’émeutiers et de sédition, le journal les qualifiant de « guerriers ».

Le journal des Gardiens de la révolution a menacé les manifestants et les manifestants de nouveaux cas de peine de mort, affirmant que plus de 60 membres des forces de sécurité avaient été tués lors des manifestations, chacun avec « un ou plusieurs meurtriers ».

Il n’a pas mentionné environ 500 morts parmi les manifestants, dont des dizaines d’enfants et de femmes.

Le journal « Jawan » a ajouté qu’il y a plus d’une personne et a participé collectivement au meurtre de membres des forces de sécurité, soulignant que « dans ces cas, plusieurs personnes devraient être exécutées pour la mort d’une personne (des forces de sécurité). « La loi oblige le pouvoir judiciaire à punir tous les auteurs de ces meurtres. »

Jeudi, pour la première fois depuis le début des manifestations qui secouent le pays depuis la mi-septembre, l’Iran a exécuté la première condamnation à mort liée aux manifestations, dans un contexte de condamnation internationale généralisée.

    la source :
  • alarabiya