SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 17 January 2022, Monday |

Les brigades du Hezbollah remettent à nouveau en question le ciblage d’al-Kadhimi

Bien qu’aucune partie n’ait encore été accusée dans l’enquête sur la tentative d’assassinat du Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi, les brigades du Hezbollah ont de nouveau remis en question mardi les premières conclusions présentées hier par le conseiller à la sécurité nationale Kassem al-Araji.

Selon son porte-parole, Abu Ali al-Askari, la faction armée a réitéré son scepticisme quant à la tentative d’assassinat menée à l’aube du 7 novembre 2021 par trois drones, la considérant comme fausse.

Les information sont fausses

« La majorité des responsables de la sécurité, des politiciens et même des ambassadeurs des grandes puissances à Bagdad savent que le soi-disant ciblage de la maison du Premier ministre est faux, et qu’Al-Kadhimi n’était pas dans la maison au moment de l’explosion fabriquée », il a déclaré dans un communiqué en réponse aux révélations d’hier sur le ciblage du Premier ministre.

Il a également appelé la commission d’enquête à « prouver la présence de la cible dans la maison au moment de l’explosion fabriquée à travers les caméras internes de la maison ».

Il a également exigé « 10 secondes supplémentaires avant l’explosion avec les mêmes caméras que j’ai montrées de l’extérieur, ainsi que six caméras de l’intérieur pour voir le moment où la fusée ou deux ont atterri à l’intérieur de la maison ».

En outre, il a appelé à la libération des officiers détenus dans l’attente d’une enquête pour établir la vérité, et s’est demandé où étaient les blessés de l’attaque et où étaient les témoignages des résidents?

Avec plus d’ironie, il a demandé: « Où est l’image de la blessure de la victime, pleurons sur ce qui est arrivé à notre chef, le martyr vivant?!

Il a également critiqué l’absence d’implication des factions de la foule, y compris le Hezbollah, dans l’enquête sur l’assassinat.

Factions pro-iraniennes

Des responsables de la sécurité et des sources proches des factions armées irakiennes ont confirmé le mois dernier (octobre 2021) que l’attaque avait été menée par des groupes soutenus par l’Iran. Les sources ont déclaré à Reuters sous couvert d’anonymat que les drones et les explosifs utilisés dans l’attaque étaient de fabriqués en Iran.

Deux responsables de la sécurité irakienne et trois sources proches des factions « pro-iraniennes » ont également expliqué que les brigades du Hezbollah et Asaib Ahl al-Haq l’ont mené côte à côte. Une source au sein d’un autre groupe armé a indiqué que les brigades étaient certainement impliquées, mais n’a pas dit si al-Asaib était impliqué.

Al-Araji a annoncé lundi l’arrestation de huit officiers supérieurs, dont deux généraux de division, pour négligence dans le maintien des preuves dans une tentative d’assassinat du Premier ministre plus tôt ce mois-ci.

L’attaque contre la maison du Premier ministre début novembre est intervenue dans un contexte de tension considérable à Bagdad, près d’un mois après les élections législatives du 10 octobre.

Deux manifestants ont également été tués dans des affrontements entre des éléments de protection de la Zone verte, où se trouve la résidence d’Al-Kadhimi, et des manifestants de partisans d’un certain nombre de factions armées dans la mobilisation populaire, en opposition aux résultats des élections, après avoir tenté de prendre d’assaut la zone fortifiée.

    la source :
  • alarabiya