SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Les Brigades du Hezbollah répondent aux accusations d’al-Sadr et promettent de prendre des mesures d’escalade!

Mardi, le chef du mouvement sadriste en Irak, le religieux chiite Muqtada al-Sadr, a accusé le cadre de coordination de tenter de déclencher une « guerre civile » en Irak, par des manifestations contre les manifestations des partisans sadristes.

La milice des Brigades du Hezbollah en Irak n’a pas tardé à répondre aux accusations d’al-Sadr et a également menacé de descendre dans la rue irakienne ; Afin de protéger ce qu’elle appelait « la paix communautaire.

Dans leur déclaration, les milices ont déclaré : << Les crises et les conflits que traverse notre cher Irak exigent que les sages adoptent la sagesse, respectent le système judiciaire et recourent à la constitution - qui a acquis sa légitimité grâce au référendum populaire - et présentent le principe de réconciliation et de solutions pacifiques, comme alternative à l'escalade avec menaces et menaces.Elle a considéré que « sortir de la règle de l'interaction pacifique et de la protestation légitime au langage de l'incitation, intimider le public, intimider le coffre-fort, empiéter sur la propriété publique et privée, perturber les intérêts des personnes et les entraîner dans l'inconnu ; Cela pourrait conduire à un conflit interne qui ramènerait le pays à l'ère de l'oppression et de la tyrannie, de la dictature et des charniers.Les Brigades du Hezbollah ont conclu leur déclaration en disant que « pour les besoins de l'intérêt public, afin que les choses ne glissent pas dans ce que veulent l'ennemi et ses agents, et pour enterrer les conflits qui peuvent affliger l'Irak et son peuple, et brûler tout et tout."Nous, les Brigades du Hezbollah, prendrons des décisions sur le terrain visant à protéger la paix sociale, conformément au mandat de repousser le mal de notre cher peuple.En outre, Mustafa Al-Kazemi a déclaré lors de la session du cabinet, aujourd'hui mardi, que "malheureusement, nous vivons toujours des défis politiques et une obstruction politique et ses répercussions sur la performance du gouvernement".D'autant plus que le gouvernement n'est pas partie au conflit politique, mais il y a ceux qui essaient de le tenir responsable de cette crise et de fuir le problème, et de retourner tous les problèmes vers le gouvernement. "Et Al-Kazemi a déclaré que «ce qui est requis, c'est la sagesse et la loyauté envers ce pays, car il nous a beaucoup donné, l'histoire et beaucoup dont nous pouvons être fiers, et nous devons rendre une partie de cette faveur à notre pays, notre patrie et notre peuple, et ce pauvre peuple qui a longtemps été soumis à la mauvaise gestion, à la misère et aux guerres destructrices. "Il a ajouté : "Notre décision dans ce gouvernement n'était pas de nous mêler du sang irakien, ni aujourd'hui ni demain. Le sang irakien est précieux, et les problèmes doivent être résolus par le dialogue, puis le dialogue. C'est pourquoi demain j'appellerai un ressortissant irakien dialogue pour tous les dirigeants du pays; Afin de contribuer à trouver une solution, pensez à résoudre le problème. "