SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Les commentaires de Macron suscitent la colère de l’Iran

La rencontre du président français Emmanuel Macron avec des militantes de l’opposition a suscité la colère de l’Iran, et ses déclarations après la rencontre ont été décrites comme « une cause de regret et de honte. »

Vendredi, Macron a reçu quatre militantes iraniennes, en marge d’un forum sur la paix à Paris, et a salué la « révolution qu’elles mènent » dans leur pays.

Dimanche, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, a déclaré que la rencontre de Macron avec des militantes iraniennes constitue « une violation des responsabilités internationales de la France dans la lutte contre le terrorisme et les actes de violence et la promotion de ces phénomènes inquiétants. »

La présidence française avait annoncé que Macron avait reçu une délégation composée de Masih Alinejad, une militante iranienne vivant à New York qui encourage les femmes iraniennes à protester contre le port obligatoire du voile, et Shema Babaei, qui se bat pour obtenir des informations sur son père, et Ladan Boroumand, ainsi que Roya Berry.

Au cours de la réunion, Macron a salué la « révolution qu’elles mènent », soulignant que la France a « du respect et de l’appréciation » pour leur révolution.

Le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères a répondu en disant que « les déclarations de Macron concernant le soutien à la soi-disante révolution en Iran menée par de telles personnalités sont une cause de regret et de honte », selon ce qui a été cité par l’agence de presse de la République islamique (IRNA).

En parlant de l’activiste Masih Alinejad, Kanaani a déclaré : « Il est surprenant que le président d’un pays qui défend la liberté se soit abaissé au point de rencontrer une personnalité paria qui s’est faite la marionnette des autres et qui, ces derniers mois, a cherché à répandre la haine et à inciter à la violence et à faire des affaires terrorisme à l’intérieur de l’Iran et contre les diplomates iraniens et les sièges diplomatiques à l’étranger ».

Depuis le 16 septembre, l’Iran connaît des manifestations suite à la mort de Mahsa Amini, 22 ans, quelques jours après son arrestation par la « police des mœurs », pour ne pas avoir respecté les codes vestimentaires stricts imposés aux femmes dans la République islamique.

    la source :
  • AFP