SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Les derniers développements dans l’affaire des personnes accusées de financer le « Hezbollah » au Koweït

Selon les médias locaux, le ministère public du Koweït a ouvert une enquête sur quatre citoyens koweïtiens accusés d’avoir des liens avec le groupe Hezbollah libanais.

En effet, les autorités koweïtiennes ont arrêté jeudi dernier un groupe soupçonné de travailler et de collaborer avec le Hezbollah libanais et de former une cellule dans le pays.

Selon le journal koweïtien al-Seyassah, le service de la sûreté de l’État a arrêté un groupe qui collaborait avec le Hezbollah et les a détenus en les accusant de recruter des jeunes pour travailler pour le parti en Syrie et au Yémen.

Et selon les sources, le ministère de l’Intérieur a reçu un rapport de sécurité d’un pays voisin indiquant que le groupe était composé de quatre personnes, dont l’une est le fils d’un ancien député, une autre le frère d’un ancien député, une troisième qui a déjà été citée dans des affaires précédentes liées au détournement de l’avion de Al-Jabriya dans les années 1980, et une quatrième qui serait une haute personnalité travaillant dans des œuvres de charité au Koweït.

Aussi, le journal koweïtien, « Al-Qabas », a indiqué que « au moment où le parquet au Koweït a décidé de détenir 8 citoyens accusés de financer le Hezbollah libanais, des sources informées ont confirmé qu’il existe des mandats d’arrêt qui pourraient être émis contre d’autres dans les prochaines 24 heures, selon les enquêtes de la sûreté de l’État qui se poursuivent dans cette affaire ».

De plus, la source a précisé, selon ce qu’a indiqué le « journal koweïtien », que « l’affaire a commencé avec 4 accusés, dont l’un est le frère d’un ancien député, et ils ont été arrêtés après avoir reçu des informations sur leur transfert d’importantes sommes d’argent au Liban, plus précisément au Hezbollah libanais. »

En ce qui concerne les enquêtes, la source a confirmé que « les accusés ont nié les accusations portées contre eux, soulignant qu’ils travaillent dans un comité de charité depuis 30 ans, et que ce comité est basé sur le parrainage d’orphelins au Liban et ailleurs, et qu’ils ne soutiennent pas le Hezbollah. »

La source a souligné que « les enquêtes se poursuivent dans cette affaire 24 heures sur 24, et tous les transferts vers l’extérieur seront examinés pour trouver les preuves et les soumettre au parquet. »

En réponse aux commentaires d’un ministre libanais critiquant l’intervention arabe au Yémen, le Koweït a ordonné au représentant du Liban de quitter le pays et a rappelé son ambassadeur de Beyrouth le mois dernier.