SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Les détails de la prochaine rencontre entre l’émir du Qatar et le président turc

Un responsable du Qatar a révélé les détails de la prochaine réunion qui réunira l’émir de l’État du Qatar, Tamim bin Hamad, et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed bin Abdul Rahman Al Thani, a affirmé que la rencontre qui réunira l’émir de l’État du Qatar et le président turc, verra la signature de dizaines d’accords, outre pour discuter des développements politiques et humanitaires dans le dossier afghan, et ils se concentreront sur les développements de la cause palestinienne, selon ce qu’il a été rapporté par Reuters, lundi.

Le ministre des Affaires étrangères du Qatar a déclaré lors de la conférence de presse, qui s’est tenue en présence du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, « J’ai discuté avec mon homologue turc des développements en Irak et en Syrie, et d’autres dossiers régionaux ».

Il a ajouté que « les visites du président turc Recep Tayyip Erdogan et du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman au Qatar ont coïncidé avec une coïncidence ».

Al-Thani a souligné que « le Qatar surveille de près la situation économique en Turquie et qu’il attend avec impatience les opportunités qui pourraient surgir au cœur des défis économiques de la Turquie », selon « Reuters ».

Pour sa part, Davutoglu a déclaré : « La Turquie ne demande pas au Qatar d’envoyer de l’argent pour l’aider à faire face à l’effondrement de la valeur de la lire.  »

Il a ajouté : « Les discussions qui ont eu lieu avant la visite du président Erdogan à Doha se sont concentrées uniquement sur l’amélioration des relations ».

« Nous ne sommes pas venus au Qatar pour leur demander d’envoyer une somme d’argent spécifique. Nous ne sommes ici que pour discuter de la manière d’améliorer les relations », a-t-il déclaré aux journalistes.

La valeur de la livre a chuté d’environ 30 % au cours du mois dernier, à la suite d’une liquidation rapide entraînée par de fortes baisses des taux d’intérêt, une mesure qu’Erdogan a fortement soutenue, malgré les objections des experts économiques et des politiciens de l’opposition, qui disent qu’elle est une mesure dont les conséquences ne sont pas calculées compte tenu de la forte inflation.

En réponse à une question sur la question de savoir si Erdogan demandera un soutien économique au Qatar lors de ses entretiens à Doha, Davutoglu a déclaré : « La Turquie a pris des mesures pour réduire les fluctuations des taux de change ».

Il a ajouté que « les deux pays vont signer un ensemble d’accords dans des secteurs tels que la santé et l’éducation, tout en renforçant la coopération militaire. La Turquie adopte des positions communes avec le Qatar dans de nombreux dossiers, dont le dossier afghan. Ils ont coopéré, pour maintenir le flux de travail à l’aéroport de Kaboul. »  »

Il a expliqué que « de l’argent a été alloué pour contribuer à l’aspect humanitaire en Afghanistan ».

Avant de se rendre dans l’Etat du Qatar, le président turc Erdogan a annoncé que les relations entre les deux pays sont « stratégiques ».  »

Soulignant qu’il travaillera à la consolidation des relations avec les pays du Golfe, car c’est important pour son pays, et qu’il n’écoute pas les voix opposées à cette coopération.

Lors d’une conférence de presse tenue à l’aéroport avant de se rendre à Doha, lundi, Erdogan a déclaré que « les relations avec le Qatar sont stratégiques et nous signerons de nouveaux accords entre les deux pays ».

Il a ajouté que sa visite officielle au Qatar, qui durera deux jours, et intervient à l’invitation de l’émir du pays, Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, verra la signature de plusieurs accords dans divers domaines.

Il a souligné que « cela travaillera à consolider les relations avec les pays du Golfe, et que cela se reflétera positivement sur le bien-être de la situation en Turquie ».

Erdogan devrait diriger la délégation turque lors de la réunion de la septième session du Comité stratégique supérieur conjoint, qui se tiendra à Doha, demain mardi.