SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 June 2022, Sunday |

Les États-Unis : le retrait des caméras de l’AIEA par l’Iran est une mauvaise décision

Les États-Unis ont déclaré mercredi que le retrait par l’Iran de deux caméras de surveillance de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) serait une mesure malheureuse et contre-productive. Cette déclaration intervient alors que Washington cherche à faire adopter une résolution critiquant l’Iran au sein du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Une déclaration des États-Unis au Conseil des gouverneurs des 35 pays réunis avant le vote sur le projet de résolution soutenu par les États-Unis a déclaré : « Si les rapports, selon lesquels l’Iran prévoit de réduire la transparence en réponse à cette résolution, sont exacts, cela serait extrêmement malheureux et contre-productif. Nous recherchons la diplomatie. Nous ne cherchons pas l’escalade avec l’Iran. »

Aujourd’hui, mercredi, le gouvernement iranien a annoncé qu’il avait « déconnecté les caméras de surveillance de l’Agence internationale de l’énergie atomique dans l’une des installations nucléaires iraniennes », affirmant que ces caméras ne font pas partie de l’engagement de Téhéran envers l’accord de garanties récemment signé avec l’agence.

L’Organisation iranienne de l’énergie atomique a déclaré, dans un communiqué : « Des ordres ont été donnés pour que les caméras de surveillance de l’AIEA soient mises à part dans l’une des installations nucléaires iraniennes », ajoutant : « Jusqu’à présent, l’agence n’a pas apprécié la coopération étendue de l’Iran, mais l’a considérée comme un devoir. »

Dans son dernier rapport, l’Agence internationale de l’énergie atomique a critiqué l’Iran pour l’absence de « réponses satisfaisantes » à la découverte de matériaux nucléaires dans trois sites non déclarés du pays.

Cependant, Téhéran a conseillé à l’Agence internationale de l’énergie atomique d’éviter de prendre des positions et des mesures qui feraient dévier la coopération dans le dossier nucléaire de sa voie normale.

Ce dernier rapport intervient alors que les négociations visant à relancer l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les grandes puissances sont dans l’impasse.

Pour sa part, le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Behrouz Kamalvandi, a déclaré que le dernier rapport de l’AIEA ne tenait pas compte des relations constructives et de la coopération volontaire de l’Iran avec elle, en ce qui concerne la sécurisation des bases nécessaires pour que les inspecteurs internationaux puissent atteindre les lieux mentionnés dans le rapport.

    la source :
  • Reuters