SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Les Européens recourent au plus vieux combustible de chauffage du monde et ses prix s’envolent !

Non loin de l’aéroport Tempelhof de Berlin, Peter Engelk travaille à l’installation d’un nouveau système de sécurité pour son entrepôt, car il craint que des personnes désespérées puissent voler son stock. Le précieux trésor en danger est le bois de chauffage.

L’action d’Engelk reflète l’inquiétude croissante en Europe, alors que le continent se prépare à une rupture d’approvisionnement en énergie et à un éventuel assombrissement cet hiver. Et le récent sabotage du gazoduc Nord Stream est le dernier signe en date de la situation délicate de la région, alors que la Russie cherche à couper les approvisionnements de l’Europe en raison de sa position sur la guerre en Ukraine.

Comme les Européens se chauffent à 70 % au gaz naturel et à l’électricité, et alors que les approvisionnements russes ont considérablement diminué, le bois de chauffage est devenu une matière première recherchée par les Européens.

Le prix du bois de chauffage a commencé à augmenter, le prix d’une tonne en France ayant atteint 600 euros. La Hongrie est allée plus loin en interdisant l’exportation de bois de chauffage, tandis que la Roumanie a couvert les prix du bois de chauffage pendant une période de 6 mois.

En plus des inquiétudes liées aux ruptures d’approvisionnement, la crise énergétique a fait grimper le coût de la vie, la zone euro ayant enregistré une inflation à deux chiffres pour la première fois en septembre. Dans certains pays, les foyers n’ont plus que deux options : le chauffage ou d’autres besoins fondamentaux.

« Nous revenons à l’époque où toute la maison n’était pas chaude », explique Nick Snell, responsable d’un magasin de bois de chauffage. « Les gens s’asseyaient autour de la cheminée, ou se couchaient tôt. Il y aura plus de cela cet hiver », ajoute-t-il.

Pour de nombreux Européens, la principale préoccupation est de tout faire pour se sentir au chaud dans les mois à venir, et l’anxiété s’intensifie à mesure que le froid hivernal commence à approcher, et que le besoin accru de chauffage peut créer des problèmes sanitaires et environnementaux.

« Nous craignons que les gens ne brûlent tout ce qui leur tombe sous la main », déclare Roger Seiden, un fonctionnaire de l’Agence suédoise de protection de l’environnement, ajoutant que les niveaux de pollution augmentent lorsque les gens brûlent le bois de chauffage de manière incorrecte.

Un autre signe de la crise est que les gens se précipitent pour stocker et économiser. En France, certaines personnes ont acheté deux tonnes de bois de chauffage, alors que moins d’une tonne suffit généralement à chauffer une maison par an.