SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Les Européens se préparent à imposer des sanctions sévères à Téhéran

Un haut diplomate européen a confirmé que les ministres des Affaires étrangères de l’UE annonceront un nouveau paquet sur l’Iran au début de la semaine prochaine, notant que le différend avec l’Iran est multiple.

Il a expliqué que la crise entre les Européens et les autorités iraniennes est due à la répression des manifestations qui durent depuis deux mois, ainsi qu’au soutien de la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine avec des marches suicides.

Le développement continu des activités d’enrichissement de Téhéran renforce également la prise de décision.

Cependant la désignation du CGRI sur la liste des terroristes n’est pas actuellement sur la table.

Les responsables européens ont déjà fait état d’un ensemble de sanctions contre d’autres responsables impliqués dans la répression des manifestations iraniennes qui ont éclaté à la mi-septembre à la suite du meurtre de la jeune femme Mehsa Amini, après son arrestation par la police religieuse, ou la soi-disant police de la moralité.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE avaient déjà approuvé des sanctions à la fin du mois dernier contre plusieurs responsables iraniens, dont le chef de la police des moralités, pour leur implication dans la répression.

La mort de la jeune femme a suscité l’indignation sur plusieurs questions en Iran, notamment les restrictions aux libertés individuelles et les règles strictes sur les vêtements des femmes, ainsi que la crise vivante et économique que traversent les Iraniens, sans parler des lois sévères imposées par le régime et de sa composition politique en général.

Les autorités sécuritaires et politiques ont eu recours à des tactiques violentes, muselant et bloquant les bouches, que ce soit en coupant Internet ou en utilisant des balles réelles pour disperser les manifestants, en arrêtant des étudiants universitaires et même des écoliers, tuant plus de 300 personnes jusqu’à présent, selon des groupes de défense des droits de l’homme.

    la source :
  • alarabiya