SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Les fonctionnaires iraniens s’inquiètent pour leur vie

Ali Younesi, l’ancien ministre du renseignement et conseiller de l’actuel président iranien pour les affaires des minorités religieuses, a révélé la faiblesse des services de sécurité iraniens face aux agents du service de renseignement israélien « Mossad ».

Le religieux affilié au mouvement réformateur a déclaré, dans une interview accordée au site Jamaran News, financé par Hassan Khomeini, petit-fils du fondateur décédé du régime iranien, Ruhollah Khomeini, que « le Mossad israélien a pénétré dans divers secteurs en Iran au cours des dix dernières années, à tel point que tous les responsables iraniens s’inquiètent de leurs propres vies ».

Younesi a ajouté que « l’influence du Mossad en Iran est indescriptible au point que les responsables s’inquiètent pour leur vie », soulignant que « les courants extrémistes en Iran sont dus à leur implantation dans le pays par des organisations d’espionnage étrangères, notamment israéliennes. »

Il estime que « pour faire face à l’influence israélienne, il faut avant tout fermer les portes aux flagorneurs et aux extrémistes qui se sont installés dans diverses institutions gouvernementales. »

Le ministre du Renseignement sous les règnes du président réformateur Mohammad Khatami et de l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad a souligné que « l’influence des renseignements étrangers et israéliens en particulier est venue après l’affaiblissement du service de renseignement du gouvernement iranien suite à la formation de services de renseignement parallèles », faisant référence à la formation du service de renseignement des Gardiens de la révolution.

Il a poursuivi : « Nous avons réussi à nettoyer l’Iran de l’influence de groupes au cours des 10, 15 ou 20 dernières années, mais l’influence des renseignements étrangers, en particulier israéliens, a été ignorée. »

Pour lui, « l’influence du Mossad dans différentes régions du pays au cours des dix dernières années devrait amener tous les responsables de la République islamique à s’inquiéter pour leur vie. »

Younesi a estimé que l’expansion de l’influence d’Israël et du Mossad s’est faite au cours des deux dernières années de la présidence de Mahmoud Ahmadinejad et des huit années de la présidence d’Hassan Rouhani.

Il a souligné que « la concurrence entre les services de sécurité iraniens n’existait pas à notre époque et avant nous, mais elle a eu lieu après la formation de services de renseignement parallèles au service de renseignement du gouvernement, ce qui a conduit à l’affaiblissement de ce dernier. »

Au cours des dernières années, l’Iran a connu une vague d’assassinats qui a visé de nombreux scientifiques du programme nucléaire, le dernier en date étant l’assassinat du scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, dont le convoi a été pris pour cible près de la capitale Téhéran le 27 novembre dernier, et Israël n’a pas officiellement revendiqué la responsabilité de cet assassinat. Tandis que Téhéran a accusé Tel Aviv d’être à l’origine de ce processus.

Younesi a appelé à la fin du « parallélisme et de la concurrence » au sein des services de renseignement du gouvernement, affirmant que « la priorité des services locaux devrait être de lutter contre l’influence et non contre les éléments critiques internes et les manifestants. »

Ce n’est pas la première fois qu’une personnalité de haut rang du régime iranien met en garde contre la soi-disant influence des agences d’espionnage en Iran.

En avril dernier, Mohsen Rezaei, secrétaire du Conseil de l’expédient iranien, a déclaré que « l’Iran est témoin d’une pollution sécuritaire à grande échelle », citant le fait qu’en moins d’un an, trois incidents sécuritaires se sont produits : deux explosions et un assassinat, faisant référence à l’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh.