SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Les frappes aériennes sur la Syrie reflètent l’escalade des tensions

Tous les regards sont tournés vers la Syrie après une série de frappes aériennes américaines et israéliennes au cours des dernières semaines, selon le journal hébreu The Jerusalem Post.

Selon le journal, en plus des négociations sur le nucléaire iranien, du rapprochement russo-iranien et de la possibilité pour Moscou d’acquérir des drones iraniens, les répercussions se profilent sur le Moyen-Orient, notamment sur la Syrie.

Le journal souligne que « les récentes frappes aériennes en Syrie ont entraîné une augmentation des tensions entre l’Iran et les États-Unis d’une part, et entre l’Iran et Israël d’autre part ; ce qui pourrait affecter la Russie de manière significative. »

Mercredi soir, Damas a annoncé qu' »Israël a visé l’aéroport d’Alep avec des raids de missiles, qui ont causé des dégâts matériels. »

Ces frappes font suite à deux séries de frappes aériennes menées par les États-Unis contre des groupes iraniens en Syrie au cours des deux dernières semaines.

Sous le titre « Que signifient les frappes aériennes en Syrie ? », le journal explique que « les récents événements en Syrie soulèvent de nombreuses questions sur la façon dont le champ de bataille syrien a changé et dont le pays est devenu un centre d’activité, aux niveaux régional et mondial. »

Le journal a déclaré : « Alors que l’Iran s’efforce de consolider ses groupes liés aux Gardiens de la révolution en Syrie, et transfère des armes au Hezbollah libanais, il semble que l’accent mis sur la Syrie soit important maintenant en raison de l’accord nucléaire iranien. »

« Il se passe beaucoup de choses dans la région à cet égard ; l’Iran se concentre sur le chaos politique en Irak ; le ministre iranien des Affaires étrangères s’est rendu en Russie mardi ; les États-Unis ont exprimé leur inquiétude quant au stockage d’armes par le Hezbollah avec le renouvellement du mandat de la FINUL. »

Le journal cite le Centre israélien « Alma » pour la recherche et l’éducation, selon lequel « l’aéroport d’Alep a fait l’objet d’une attaque aérienne, visant la piste et les entrepôts, car l’aéroport est devenu une grande partie du couloir aérien iranien en plus de l’aéroport de Damas. »

Le journal a demandé : « Pourquoi l’Iran a-t-il déplacé son couloir aérien vers le nord, vers Alep ? Est-ce parce que le précédent corridor d’Al-Bukamal se dirigeant vers Damas puis vers le Liban ou vers le Golan est devenu moins durable ? Est-ce pour cela que l’Iran a tenté d’attaquer les forces américaines à Al-Tanf, près de la frontière jordanienne. »

Et il a ajouté : « L’Iran doit traverser entre Al-Tanf et l’Euphrate pour étendre ce corridor…. Alep peut être utilisée pour cela, mais elle est aussi proche de la Turquie et aussi des Russes à Lattaquié…. Et si les Russes déplacent le système S-300 de Syrie ou se concentrent sur l’Ukraine, l’Iran peut profiter de cette réalité. »

Le journal a conclu : « Les frappes aériennes sur la Syrie dressent le tableau d’une escalade des tensions au moment où l’Occident parle d’un retour à l’accord sur l’Iran ; Cela laisse présager un avenir lourd pour la région, surtout avec l’Iran qui transfère de plus en plus ses armes en Syrie et vers le Liban. »