SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Les habitants de Gaza s’empoisonnent lentement… 97% de l’eau est impropre à la consommation

L’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme et l’Institut mondial pour l’eau, l’environnement et la santé (The Global Institute for Water, Environment and Health GIWEH) ont déclaré dans une déclaration orale au Conseil des droits de l’homme que le blocage israélien à long terme a entraîné une grave détérioration de la sécurité de l’eau à Gaza, rendant 97% de l’eau impropre à la consommation, tandis que les résidents de la bande assiégée restent lentement empoisonnés.

Au cours de la quarante-huitième session ordinaire du Conseil, les deux organisations ont déclaré que la crise du carburant et les coupures de courant continues entravent le fonctionnement des puits d’eau et des stations d’épuration, ce qui a conduit au déversement d’environ 80 % des eaux usées non traitées de Gaza dans la mer, tandis que 20 % s’infiltrent dans les eaux souterraines. .

Dans son discours au conseil, Mohammed Shehadeh, responsable des programmes et de la communication au sein de l’Observatoire euro-méditerranéen, a déclaré que la dernière attaque militaire israélienne sur Gaza en mai dernier a exacerbé la crise déjà existante en raison de la grande destruction qu’elle a causée aux infrastructures dans tous les gouvernorats de la bande.

En outre, M. Shehadeh a souligné qu’environ un quart des maladies répandues à Gaza sont causées par la pollution de l’eau, et que 12 % des décès d’enfants et de nourrissons sont liés à des maladies intestinales liées à l’eau contaminée.

Et il a souligné que la population de Gaza assiste impuissante à l’empoisonnement lent de ses enfants, que ce soit par l’eau potable ou par l’agriculture sur des sols contaminés, sans aucune perspective de remédier à cette catastrophe.

Shehadeh a déclaré qu’il n’y a absolument aucune justification à la poursuite de cette situation à Gaza, appelant les autorités israéliennes et la communauté internationale à garantir pleinement le droit des résidents à la sécurité de l’eau.