SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Les habitants de Téhéran appellent à se manifester

Malgré l’utilisation du pouvoir dans tous les cas de répression, de torture, et d’arrestations, y compris l’exécution, les protestations continuent continuellement dans les rues iraniennes. Dans une démarche très audacieuse, un certain nombre d’habitants de Téhéran ont accroché une grande bannière sur un pont du quartier « Valiasr », dans le centre de la capitale iranienne, dans laquelle ils ont appelé les citoyens à se joindre aux protestations dans le pays, dimanche 1/1/2023.

Ils ont également considéré que le silence est considéré comme un soutien au régime injuste, comme il était écrit sur la bannière : « Citoyen, lève-toi » et « Non aux exécutions ».

Ceci intervient alors que plusieurs citoyens iraniens ont scandé des slogans anti-régime à Téhéran et à Mashhad, dans la nuit de samedi à dimanche.

Quatre villes, à savoir Javanrud, Sanandaj, Samiram et Ispahan, ont été le théâtre de manifestations de rue contre le régime de Téhéran, selon ce qui a été rapporté par le site « Iran International ».

Un clip vidéo de la capitale iranienne, Téhéran, a également montré qu’hier, samedi 31/12/2022, des manifestants ont mis le feu à une grande bannière portant l’image de Qassem Soleimani, l’ancien commandant de la Force Al-Qods iranienne.

Les manifestants de Javanrud ont scandé : « Le martyr ne meurt pas », « Les Kurdes et les Baloutches sont frères », « Zahedan, Kurdistan, je sacrifie ma vie pour l’Iran », « Mort à Khamenei » et « Mort au dictateur ». Les manifestations se sont poursuivies jusqu’à tard dans la soirée de samedi.

Et un clip vidéo a montré un étudiant iranien dans la ville de Javanrud, dans l’ouest de l’Iran, en train de décrocher le drapeau du régime d’une école publique.

En outre, un certain nombre d’habitants de la ville de Sanandaj, le centre de la région du Kurdistan, sont descendus dans les rues, hier soir, samedi 31/12/2022, en soutien au peuple de Javanrud, et ont scandé des slogans contre le régime iranien.

Les manifestants ont fermé plusieurs quartiers de la ville de Sanandaj, notamment la rue Ghafoor, la rue Abider, et d’autres quartiers de la ville en allumant des feux.

Et dans la ville de Samiram, dans la province d’Ispahan, un certain nombre d’habitants de cette ville se sont rassemblés devant le bureau de Qaimqam, hier, samedi 31 décembre 2022, et ont scandé des slogans contre le régime.

Dans les dernières heures de samedi, la manifestation de Samiram a été attaquée et abattue par les forces de sécurité, et les manifestants ont affronté ces forces.

Dans les dernières heures de la soirée du samedi 31 décembre 2022, les médias officiels iraniens ont rapporté qu’un agent de sécurité iranien avait été tué lors d’un affrontement avec les manifestants à Samiram.

Les bruits de tirs des forces de sécurité à Samiram ont continué dans différentes zones de la ville jusqu’aux dernières heures de la soirée du samedi 31 décembre 2022.

De même, la ville d’Ispahan a connu des manifestations de masse dans les rues, et les manifestants d’Ispahan ont scandé des slogans anti-régime tels que « Mort au dictateur », « Mort à Khamenei » et « Mort à tout le régime, cette année nous tuerons les gardiens de la révolution ».

Dans différents quartiers de Téhéran, dont Starkhan et Bonak, à l’ouest et au nord-ouest de Téhéran, ainsi que Tehran Pars à l’est de la capitale, des slogans anti-régime ont été scandés par les manifestants.

Les manifestants de ces zones de Téhéran ont également scandé des slogans anti-régime, notamment « Mort au dictateur », « Mort à Khamenei » et « Cette année est l’année du sang, nous allons détruire Khamenei ».

Par ailleurs, les manifestants de Karmadare, à Karaj, ont scandé samedi des slogans contre le régime. De l’intérieur de leurs maisons et de leurs complexes résidentiels, un certain nombre de manifestants de Karmadare ont scandé « Mort au dictateur » et « Mort à Khamenei, le tueur d’enfants ».

Dans la ville de Mashhad, des protestations sporadiques et des slogans anti-régime ont été lancés le samedi soir 31/12/2022, et les manifestants ont scandé des slogans tels que « Cette année est l’année du sang, nous allons détruire Khamenei », et « Mort au dictateur ».

Ces manifestations, auxquelles participent des Iraniens de tous horizons, constituent l’un des défis les plus audacieux auxquels sont confrontés les dirigeants iraniens depuis leur révolution en 1979.

    la source :
  • Reuters