SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Les médias palestiniens: Israël a placé des avis d’expulsion sur les terres palestiniennes à l’ouest de Salfit

Hier, samedi, les autorités israéliennes ont placé des avis d’expulsion sur des dizaines de dunams à Khallet Hassan, au nord de Bidya, à l’ouest du gouvernorat de Salfit, sous prétexte qu’il s’agit de « propriété de l’État ».

Un membre du Comité national pour la défense des terres, dans le gouvernorat de Salfit, l’agriculteur Youssef Abu Safiya, a déclaré à l’agence Ma’an: « Les forces d’occupation ont placé des avis d’expulsion sur les terres des citoyens à Khallet Hassan, appelant à l’évacuation des terres d’une superficie de plus de 20 dunums, les saisir et les rendre à la normale.  »

Abu Safiya a ajouté que « la zone de Khalet Hassan, dont la superficie est estimée à plus de 4000 dunams, est menacée de confiscation, car les colons ont établi des logements et des animaleries, sur une superficie estimée à plus de 1000 dunams.

Son objectif est d’établir une nouvelle colonie reliant cinq colonies et un certain nombre de blocs de colonies entre les gouvernorats de Salfit et Qalqilya, où les débuts des tentatives de saisie remontent à 1983.  »

Il a poursuivi: « Dans le but de priver les agriculteurs de leurs terres, les colons se livrent à plusieurs pratiques, notamment les agresser et bloquer les routes devant eux pour les empêcher d’accéder à leurs terres… »

Abu Safiya a demandé aux propriétaires fonciers de préparer des papiers d’identité et de se rendre auprès des institutions compétentes afin de porter plainte devant les tribunaux.

De son côté, le gouverneur de Salfit, le général de division Abdullah Kamil, a condamné « les pratiques de l’occupation dans la zone de Khallet Hassan.  »

Il a appelé la communauté internationale à « faire pression sur le gouvernement d’occupation pour qu’il cesse ses pratiques, car son silence encourage Israël à commettre davantage de crimes et de violations flagrantes des Conventions de Genève, du droit international et du droit international humanitaire ». «