SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Les milices iraniennes protestent contre les résultats des élections irakiennes et jurent de réagir !

Des manifestants affiliés à des milices pro-iraniennes ont organisé des manifestations et bloqué des routes dans le gouvernorat de Diyala pour protester contre les résultats des élections irakiennes.

La chaîne satellite Al-Ahed a cité une source de sécurité selon laquelle les manifestants ont fermé la route Al-Hussainiya « pour s’opposer aux résultats des récentes élections. »

Elle a également signalé l’émergence de manifestations rejetant les résultats des élections dans la ville irakienne de Bassora.

Pour sa part, le Premier ministre Mustafa Al-Kazemi a confirmé que la politique est devenue pour certains un chantage, un mensonge, un conflit et une tromperie.

Dans un discours qu’il a prononcé lors de la célébration organisée à la mosquée Imam Abu Hanifa al-Numan à l’occasion de l’anniversaire du Prophète, il a ajouté : « Aujourd’hui, nous tenons notre promesse devant notre peuple d’organiser des élections anticipées et équitables, et le peuple a choisi son représentant, et ces nouveaux représentants exerceront leur rôle dans le nouveau parlement. »

Il a également poursuivi : « Les nouveaux députés ont des devoirs moraux et patriotiques envers leur peuple. Ils ont plutôt le devoir de restaurer la confiance du peuple dans l’action politique, et de restaurer la confiance dans la démocratie. »

Et il a déclaré que le gouvernement actuel a traversé des circonstances difficiles, notamment les crises financière, économique et sanitaire représentées par Corona et un grand nombre d’autres défis, mais nous les avons surmontés.

La coalition Al-Fateh, qui comprend la majorité des milices irakiennes, a rejeté les résultats des élections. Et a promis de réagir si la commission ne rétracte pas ces résultats.

En outre, la Coordination des partis irakiens loyaux à l’Iran a accusé les partis étrangers de trafiquer les élections, et a accusé le gouvernement de Mustafa Al-Kazemi de falsifier les résultats des élections, appelant à des manifestations contre les résultats des élections.

La Commission électorale irakienne a confirmé, dans des déclarations exclusives à Al-Arabiya, qu’elle n’a été soumise à aucune pression pendant les élections.

Ceci intervient alors que le leader de l’Alliance Al-Fateh, Abu Diaa Al-Basri, a déclaré qu’il y aura une réaction de la coalition parallèlement à l’annonce des résultats finaux, notant que la coalition a présenté des preuves « irréfutables » du processus de fraude électorale.

De même, Al-Basri a déclaré à « Rudaw Media Network », « La coalition Al-Fateh a présenté toutes les preuves concluantes et irréfutables du processus de fraude qui a eu lieu dans les élections irakiennes, que ce soit dans le pays ou à l’étranger », notant que « Al-Fateh a atteint cette inévitabilité sur le processus de fraude avec des preuves concluantes et irréfutables ».

Il a ajouté : « Il restera à savoir si la Commission prendra ces preuves ou non, » soulignant que « si la Commission ne prend pas les preuves, nous aurons une autre position, » notant que « la situation n’est pas menacée, mais plutôt une position sur le processus de falsification. »

Également, Al-Basri a souligné que « la réaction sera à la hauteur du résultat que la commission annoncera », ajoutant que « si la commission tente de corriger quelque chose, la réaction de la partie adverse sera inévitablement différente de sa première réaction. »

Il a ensuite souligné qu' »avec les réactions et les résultats que la coalition ne peut accepter, la coalition Al-Fateh ne laissera pas l’arène à l’Amérique, à ses alliés et à d’autres pour qu’ils en profitent. »

Les résultats semi-finaux des élections parlementaires irakiennes ont montré la progression de la coalition « Sairoon », soutenue par le leader chiite Muqtada al-Sadr, avec soixante-treize sièges sur trois cent vingt-neuf.

Et la Commission électorale irakienne a annoncé que ces résultats ne sont pas définitifs, indiquant la possibilité d’un appel.

De plus, la commission a indiqué que le taux de participation aux élections s’élevait à quarante-trois pour cent, indiquant que le nombre total d’électeurs dépassait neuf millions six cent mille électeurs.

La Haute Commission Electorale en Irak a révélé la participation d’équipes internationales, étrangères et arabes pour surveiller les élections législatives dans tout le pays.