SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Les négociations de Vienne… Déception due à la position dure de l’Iran

Un haut responsable américain a déclaré que les négociations de Vienne ont progressé lors de leur septième cycle, mais que le rythme actuel des négociations sur les questions contestables n’est pas suffisant pour espérer relancer l’accord sur le nucléaire iranien.

« Pour réussir dans les négociations, il faut soit accélérer leur rythme, soit amener l’Iran à ralentir les travaux sur son projet nucléaire », a déclaré le responsable du département d’État américain dans des déclarations aux journalistes vendredi soir.

Aussi, les délégations, qui n’avaient auparavant pas caché leur déception face au durcissement de la position de l’Iran, ont souligné que le processus de négociation se poursuivrait sur la base des documents élaborés d’ici juin 2021.

« S’il faut un temps aussi long pour se mettre d’accord sur un agenda commun, imaginez combien de temps il faudra pour résoudre les questions inscrites à cet agenda », a déclaré le responsable américain.

« Cela signifie qu’il est nécessaire d’accélérer considérablement le processus de négociation. C’est quelque chose qui peut être réalisé, mais le temps presse. Il est nécessaire soit d’accélérer les négociations, soit de pousser l’Iran à freiner son programme nucléaire et à faire preuve d’une réelle retenue », a-t-il ajouté.

De plus, le diplomate a déclaré que l’arrêt des négociations à Vienne était survenu à la demande de l’Iran, alors que les États-Unis et d’autres pays étaient prêts à poursuivre le travail. Il a noté que les délégations seraient en mesure de retourner à Vienne avant la fin de l’année, mais a reconnu que la date exacte n’avait pas encore été déterminée.

Plus tôt dans la journée de vendredi, le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, a déclaré que les discussions sur l’Iran et le retour des États-Unis dans le cadre de l’accord nucléaire « ne se déroulaient pas bien », ce qui signifie que les États-Unis n’avaient aucune possibilité de revenir à l’accord.

Il a ajouté dans un séminaire en ligne que les États-Unis ont transmis à l’Iran, par l’intermédiaire des négociateurs européens, leur « malaise » face aux « progrès » de Téhéran dans son programme nucléaire.

Pour sa part, l’envoyé européen et coordinateur des négociations de Vienne, Enrique Mora, a salué les résultats du dernier cycle, mais a mis en garde contre le rétrécissement de la fenêtre de temps disponible pour relancer l’accord nucléaire, notant que « nous n’avons pas des mois, mais des semaines, pour parvenir à un accord. »